Déremboursement de l'homéopathie : "C'est un choc et nous sommes en colère", dénonce la directrice générale de Boiron

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Sur Europe 1, Valérie Lorentz-Poinsot, directrice générale de Boiron, a déploré "un massacre" et affirme vouloir rétablir la vérité au sujet de l'homéopathie.
INTERVIEW

Se rangeant à l'avis de la Haute autorité de santé (HAS), le gouvernement a tranché : l'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécurité sociale à partir du 1er janvier 2021. Sur Europe 1, Valérie Lorentz-Poinsot, directrice générale de Boiron, laboratoire français spécialisé dans l'homéopathie, n'a pas caché sa colère après cette décision.

"C'est un choc, nous sommes très en colère et nous souhaitons dénoncer la méthode employée depuis un an pour massacrer l'homéopathie". Valérie Lorentz-Poinsot n'a pas mâché ses mots pour dénoncer avec virulence la décision du gouvernement. "C'est un manque de respect manifeste", estime la directrice générale. "Nous n'avons jamais été respectés, ni considérés, (...) au-delà du remboursement, c'est un dénigrement de l'homéopathie que nous sommes en train de subir."

"Je vais m'attacher à rétablir la vérité"

Valérie Lorentz-Poinsot s'en est pris à la HAS, qui avait conclu à l'"efficacité insuffisante" de ces produits pharmaceutiques. "Je vais m'attacher, dans les jours qui viennent, à rétablir la vérité sur ce que représente l'homéopathie", indique la DG de Boiron, qui annonce dans la matinale d'Europe 1 la publication d'éléments "qui remettent totalement en question l'avis de la HAS". Pour Valérie Lorentz-Poinsot, la décision est incompréhensible. Aussi elle s'interroge : "à qui profite ce massacre organisé de l'homéopathie ?". "Je remets en question l'indépendance de la HAS et son vote, car elle n'a pas tenu compte de la spécificité de l'homéopathie", ajoute-t-elle.

"C'est 1.000 emplois qui sont menacés"

Jeudi, les laboratoires spécialisés vont rencontrer la ministre de la santé, Agnès Buzyn. Mais Valérie Lorentz-Poinsot n'exclut pas d'en appeler à Emmanuel Macron, car elle affirme craindre pour le secteur et la pérennité des emplois. "C'est 1.000 emplois qui sont menacés, uniquement chez Boiron", souligne-t-elle. La directrice générale du laboratoire dénonce, en creux, un double discours du gouvernement, qui fragiliserait un marché avec cette décision, alors qu'"après le 'grand débat national', le président de la République a dit qu'il fallait considérer les entreprises et le ministre de l'Economie a dit qu'il fallait être derrière chaque emploi industriel". Pour Boiron, le marché français représente deux tiers de ses ventes.

Europe 1
Par G.P.