Coqueluche : pourquoi la vaccination des futurs parents est-elle fortement conseillée ?

  • A
  • A
Le risque de transmission de la coqueluche du parent à l'enfant est très élevé. 4:00
Le risque de transmission de la coqueluche du parent à l'enfant est très élevé. © Pixabay
Partagez sur :
La vaccination préventive contre la coqueluche des parents avant une naissance n'est pas toujours bien comprise. Mardi, dans "Sans rendez-vous" sur Europe 1, le docteur Jimmy Mohamed a justifié cette pratique en rappelant que les contaminations des enfants par les parents sont très fréquentes et peuvent générer un grave danger pour le bébé.
DÉCRYPTAGE

Au micro de Sans rendez-vous mardi sur Europe 1, Fanny, une auditrice de Brest, dit ne pas comprendre pourquoi son médecin lui demande de se faire vacciner contre la coqueluche, alors qu'elle envisage d'avoir un enfant avec son copain. Pour elle, ce n'est pas très compréhensible, car le bébé devrait ensuite être rapidement vacciné. Le docteur et chroniqueur Jimmy Mohamed lui répond en soulignant que les contaminations des enfants par les parents sont fréquentes et peuvent être graves.

Pourquoi les futurs parents devraient se faire vacciner contre la coqueluche ?

La coqueluche est une infection respiratoire qui va donner une bronchite, une broncho-pneumonie, quasiment comme le Covid-19. Elle est due à une bactérie, appelée "Bordetella pertussis", très contagieuse. Avec le Covid, une personne malade en contamine deux ou trois. Pour la coqueluche, le R (taux de reproduction), c'est-à-dire le nombre de personnes qu'on va contaminer lorsqu'on est malade, est proche de 18. La coqueluche est donc une maladie extrêmement contagieuse qui a en partie disparu grâce à la vaccination.

Quand on est malade, on tousse, on éternue, on émet des petites gouttelettes de salive qui vont contaminer les enfants. La transmission ne se fait pas d'enfant à enfant comme cela peut être le cas dans l'immense majorité des infections virales, notamment pour le Covid : avec la coqueluche, ce sont les parents, mal vaccinés, qui vont contaminer les nouveau-nés. On estime que ce mode de transmission est responsable de 50% des contaminations. Un parent sur deux contamine son enfant.

Quels sont les risques pour le nouveau-né en cas de contamination ?

Tout d'abord, chez les adultes, la coqueluche ne pose pas trop de problèmes. La coqueluche provoquera généralement une toux embêtante et longue. Le problème se trouve bien du côté des nouveau-nés. Chez eux, la coqueluche entraîne des pauses respiratoires, des apnées. Quand vous êtes adulte et que vous arrêtez de respirer, au bout d'un moment, la baisse de l'oxygène active dans le cerveau des circuits respiratoires pour pousser le corps à reprendre son souffle.

Chez le nouveau-né, ces mécanismes ne sont pas matures. Il va donc faire des pauses respiratoires, son oxygène va baisser, mais il ne va pas reprendre son souffle pour autant s'il a la coqueluche. Des perturbations peuvent alors causer des morts subites. C'est pour cela que les médecins proposent de vacciner les enfants. Sans parler des complications, avec parfois des encéphalites, des convulsions, ou des infections pulmonaires très sévères.

Comment se passe la vaccination pour le nouveau-né ?

Auparavant, on proposait le vaccin BCG contre la tuberculose à un mois. Mais dorénavant, la première vaccination est proposée à partir de deux mois. Entre zéro et deux mois, il y a donc un risque d'attraper la coqueluche pour le nouveau-né. De plus, on n'est pas encore tout à fait protégé après la première dose. On vaccine donc à deux mois, à quatre mois, à onze mois, puis on fait des rappels tous les cinq ans à partir de 6 ans.

Le vaccin est par ailleurs plutôt efficace. L'efficacité est de 85 à 100% et la durée de protection de cinq à dix ans. Les rappels sont donc nécessaires. Pour les adultes, les repères sont censés assez simples : 25 ans, 45 ans, 65 ans et puis tous les dix ans au-delà, puisque l'immunité est un peu moins performante. Attention également : en cas de naissance, il ne faut pas hésiter à vacciner aussi les grands-parents.

Europe 1
Par Jimmy Mohamed