Cancer : "La sécurité des patients est encore un combat à mener"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Suite à la tribune publiée par treize spécialistes sur Europe 1 réclamant l'arrêt des chirurgies illégales du cancer pratiquées par des établissements qui n'y sont pas autorisés, Céline Lis-Raoux, fondatrice du magazine "Rose", estime au micro de Matthieu Noël que "la réforme de l’hôpital qu’est en train de porter Agnès Buzyn est une bonne chose" en ce sens.
INTERVIEW

"Une femme ou un homme qui est mieux informé(e) est mieux soigné(e)." Voilà ce qui a poussé Céline Lis-Raoux à fonder la magazine Rose, destiné aux femmes souffrant d'un cancer et à leur entourage, comme elle l'a expliqué au micro de Matthieu Noël sur Europe 1, lundi.

EXCLU - Cancer : 13 chirurgiens disent stop aux chirurgies illégales

C'est dans ce même objectif qu'en cette journée mondiale de lutte contre le cancer, des spécialistes ont signé un tribune en exclusivité sur Europe 1, pour réclamer l'arrêt des chirurgies illégales effectuées par des hôpitaux ou des cliniques qui n'en ont pas l'autorisation. "Cette tribune est intéressante parce que l’on voit que la sécurité des patients est encore un combat à mener", juge Céline Lis-Raoux.

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"La réforme de l’hôpital qu’est en train de porter Agnès Buzyn est une bonne chose." Aujourd'hui, pour s'assurer que l'on va être soigné dans un hôpital autorisé à le faire, "il faut vérifier", explique-t-elle. "Sur notre site, il y a la liste de ces hôpitaux-là. Elle est aussi sur le site de l'Institut national du cancer." Elle estime par ailleurs, que "la réforme de l’hôpital qu’est en train de porter Agnès Buzyn est une bonne chose".

A l'heure actuelle, les hôpitaux sont payés à l'acte. "Les hôpitaux opèrent parce que l’Assurance maladie les rembourse. S’il n’y a plus de tarification à l’acte, les hôpitaux ne vont pas s’amuser à opérer des gens dont l’opération n’est pas remboursée après", explique Céline Lis-Raoux.