VIDEO - Quand Martine Aubry passe un savon aux ministres Agnès Buzyn et Nicole Belloubet

  • A
  • A
Martine Aubry n'avait pas été prévenue par le gouvernement de la venue d'Agnès Buzyn et de Nicole Belloubet à Lille.
Martine Aubry n'avait pas été prévenue par le gouvernement de la venue d'Agnès Buzyn et de Nicole Belloubet à Lille. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :
"Le mépris des élus, c’est en permanence avec ce gouvernement". La maire de Lille n'a pas apprécié de n'avoir pas été prévenue d'une visite des ministres de la Santé et de la Justice.

"On ne prévient pas l'ancien monde". Martine Aubry n'avait visiblement pas été prévenue, vendredi, de la venue à Lille des ministres de la Santé et de la Justice, Agnès Buzyn et Nicole Belloubet, lors de l'inauguration du Centre national de ressource et de résilience au CHRU, dont elle est pourtant présidente. Et la maire de Lille n'a visiblement pas apprécié, comme en témoigne une vidéo relayée vendredi par 20 Minutes. 

"Et après on nous parle de république et de démocratie". "On ne prévient pas l'ancien monde. Je suis maire de Lille et présidente du CHRU et je n’ai pas été prévenue de votre visite, sauf par le préfet hier soir. [...] Très franchement, le mépris des élus. Je suis habituée, c’est comme ça en permanence avec ce nouveau gouvernement. Et après on nous parle de république et de démocratie", a sermonné Martine Aubry, devant les deux ministres visiblement gênées, à qui elle ne laisse pas le temps de rétorquer.

"Je n'ai jamais fait charger la police". La visite des deux ministres avait été marquée par la présence de manifestants, notamment de "gilets jaunes", qui ont dû faire face à une charge des forces de l'ordre. "J’ai été ministre de la Santé et je n’ai pas fait une seule visite sans qu’il y ait des manifestants. Je n’ai jamais fait charger la police", a encore taclé la maire de Lille. Et d'en remettre une couche, auprès de 20 Minutes : "De toute façon, je ne suis pas venue pour elles mais seulement lorsque j’ai appris ce qu’il s’était passé avec les manifestants".