Vers une hausse de la taxe carbone après 2020 ? "La Convention citoyenne sur le climat se penchera sur cette question"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Au micro du Grand Rendez-vous sur Europe 1, Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a expliqué qu’une nouvelle hausse de la taxe carbone ne pourrait se faire sans un débat public, tant le sujet est sensible.
INTERVIEW

Selon un rapport du Conseil des prélèvements obligatoires, rattaché à la Cour des comptes, et publié mercredi, la France ne tiendra pas ses objectifs sur le climat sans une hausse de la taxe carbone. Pour autant, c’est ce même sujet particulièrement sensible de la fiscalité écologique qui a servi d'élément déclencheur en 2018 à la crise des "gilets jaunes". De quoi inviter le gouvernement à la plus grande prudence.

"La taxe carbone, on a échoué à l’expliquer et à convaincre dans la période précédente", a ainsi admis dimanche, au micro du Grand Rendez-vous sur Europe 1, Emmanuelle Wargon, la secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire. "C’est pour cela que nous avons arrêté son augmentation en 2019 et en 2020. Si on veut reprendre, il faut commencer par un débat citoyen."

Un débat qui pourrait bien s’ouvrir prochainement avec la Convention citoyenne sur le climat, annoncée par Emmanuel Macron à l’issue du Grand débat national. "Les 150 personnes tirées au sort, qui vont commencer à travailler début octobre, se pencheront sur cette question", assure Emmanuelle Wargon. "On verra bien ce que ces personnes, qui ne sont pas des spécialistes, nous disent."

Un fin "progressive" des avantages fiscaux défavorables à l'environnement

Par ailleurs, le Conseil des prélèvements obligatoires a recensé 19 avantages fiscaux défavorables à l’environnement et dont bénéficient certaines professions en France. "Pour la première fois, cette année, on a augmenté la fiscalité sur le gazole non-routier de deux centimes par litre, et puis on a créé une écocontribution sur les billets d’avions", oppose Emmanuelle Wargon. Néanmoins, les exceptions fiscales accordées à certains secteurs pourraient être maintenues encore un temps. "Ça se fait doucement, il faut accompagner des professions dont c’était dans leur modèle économique. [Mais], progressivement, il va falloir que ce modèle change", conclut la secrétaire d’Etat.

Europe 1
Par Romain David