Pourquoi Christophe Castaner est le "kéké de la République"

  • A
  • A
Christophe Castaner fait l'objet d'un livre intitulé "Le Kéké de la République".
Christophe Castaner fait l'objet d'un livre intitulé "Le Kéké de la République". © AFP
Partagez sur :
Les journalistes Pauline Théveniaud et Jérémy Marot étaient les invités de Philippe Vandel sur Europe 1, lundi, à l'occasion de la sortie de leur livre sur Christophe Castaner. Ironiquement titré "Le Kéké de la République". L'ouvrage se penche sur l'image du ministre de l'Intérieur et sur sa communication souvent bien rodée mais faite de quelques égarements.
INTERVIEW

Le livre est titré "Le Kéké de la République". Et il est publié par une maison d’édition très sérieuse, Plon. Et pour cause, il s'agit d'un ouvrage éminemment politique qui s’intéresse au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Ses auteurs, Pauline Théveniaud, reporter au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France, et Jérémy Marot, reporter à l’AFP en charge de Matignon, ont effectué six mois d'enquête et réalisé pas moins de 80 entretiens, dont plusieurs avec le principal intéressé. Ils étaient présents sur le plateau d’Europe 1, lundi, dans l'émission de Philippe Vandel, pour raconter leur travail.

"Le titre n'a pas dû le faire monter au rideau", concède d'emblée Jérémy Marot. Un "kéké", c'est un "crâneur, hâbleur, un peu vantard, sûr de lui et, malheureusement pour lui, parfois ridicule". Le ministre de l'Intérieur rentrerait dans cette catégorie, mais pas forcément malgré lui. "C’est une facette de [sa] personnalité dont il a joué, comme un atout pour se démarquer en macronie", affirme Pauline Théveniaud. Pas fan du côté start-up nation de LREM, entre les jeans-baskets et les costards-cravates, celui qui a d'abord été porte-parole du gouvernement a cherché à se distinguer.

Air relâché et barbe de trois jours

Il a cultivé son image de provençal au parcours atypique, air relâché et barbe de trois jours. Dans La Provence, en 2015, il s'étend quelque peu sur son passif d'étudiant. Plus tard, en 2018, au Journal du Dimanche, il parle de ses "erreurs de jeunesse", racontant ses parties de poker avec des voyous, dans un bar de Manosque. "On ne peut que constater que ça sort trois ou quatre mois avant qu’il ne devienne ministre de l’Intérieur", avance Jérémy Marot. "Il y a peut-être intérêt à déminer en amont ce type de dossier." Ou comment maîtriser une possible polémique plutôt que de la voir vous exploser au visage.

La communication bien léchée de Christophe Castaner tout au long de sa carrière politique a aussi ses ratés. "Son image lui a permis de se détacher et de se propulser au poste qu'il occupe maintenant... et ça lui revient comme un boomerang aussi !" Dans "Le Kéké de la République", les deux journalistes reviennent longuement sur la vidéo qui fuite, montrant le ministre de l'Intérieur en boîte de nuit, visiblement éméché et en compagnie d'une femme qui n'est pas son épouse.

Passionné par les médias et la communication, Christophe Castaner a su "conquérir une forme de notoriété" mais s'est aussi distingué par quelques égarements.

Europe 1
Par Antoine Cuny-Le Callet