philippe juvin 1:42
  • Copié
Laura Laplaud , modifié à
À quelques mois du premier tour de l'élection présidentielle, qui se tiendra le 10 avril 2022, Philippe Juvin, candidat à l'investiture des Républicains (LR), était l'invité d'Europe Matin lundi. Il est revenu sur l'une de ses phrases choc, prononcée lors du troisième débat des primaires LR : "Notre civilisation est supérieure aux autres". 
INTERVIEW

Il persiste et signe. "Je crois que nous devons avoir conscience que la civilisation européenne a inventé des valeurs (...) que je crois être supérieures", a affirmé Philippe Juvin, le candidat à l'investiture des Républicains (LR) au micro de Sonia Mabrouk et de Dimitri Pavlenko sur Europe 1 lundi. Un discours que l'homme politique avait déjà tenu lors du troisième débat des primaires LR, le dimanche 21 novembre.

Des propos qui créent la polémique

Parmi les valeurs que le député juge "supérieures" : "la démocratie libérale". "Il ne s'agit pas d'un jugement moral, nous avons inventé, nous les Européens, la liberté, l'autocritique mais je crois que ces valeurs de liberté, très spécifiques à l'Union européenne, à la civilisation européenne, ce sont des valeurs supérieures et qu'elles méritent d'être défendues entre nous", a-t-il soutenu au micro d'Europe 1. 

Des propos qui ont rapidement suscité la polémique dans la classe politique. Invitée sur d'Europe Matin le lundi 22 novembre, la ministre déléguée chargée de la Citoyenne, Marlène Schiappa, s'était dite "choquée". "Je considère que ce ne sont pas des propos dignes d'une personne qui veut être chef d'Etat d'une grande puissance mondiale", avait-elle assené. 

"Vous ne croyez pas que l'autocritique, par exemple le fait de refuser la théocratie et de croire au libre arbitre est une valeur supérieure ? Moi je le crois", s'est défendu le député européen.

"Il y a un peuple européen"

Dans son programme à l'élection présidentielle 2022, Philippe Juvin, propose l’élection du président du Conseil européen au suffrage universel par l’ensemble des Européens. "Vous imaginez bien que si tous les Européens votent pour un individu, un homme ou une femme, ils se reconnaissent en lui. Qu'est-ce qui fait que moi, d'origine corse, j'accepte que le président de la République, mon président, soit de Picardie ? Parce que nous l'avons élu collectivement", a-t-il lancé sur Europe 1.

"Il y a un peuple européen, assurément. Quand je suis en Pologne, en Italie ou en France, j'ai l'impression d'être dans la même famille de civilisation", a-t-il ajouté.

"L'Union européenne (UE) s'est bâtie autour d'un projet de marché intérieur qui fonctionne bien sauf que l'UE ne peut pas être que ça, ça doit aussi être une puissance car je crois à la nation européenne, il faut donner un sens à l'Europe et ce sens passe aussi par l'incarnation donc le suffrage universel", a-t-il poursuivi.

Un saut fédéraliste

Philippe Juvin serait-il le candidat d'une droite fédéraliste européenne ? S'il se méfie des grands adjectifs, il soutient l'image d'une Union européenne comme celle d'une grande puissance : "Je crois à la fois qu'il existe un peuple européen et à la fois qu'il existes des États-nations. Ce n'est pas contradictoire."

Car pour le député, assumer une telle idée n'aurait rien à voir avec le fédéralisme. "Je ne crois pas que ça soit un saut fédéral, je crois simplement que c'est l'aspiration à ce que l'Europe devienne autre chose qu'un grand marché, mais une puissance. Aujourd'hui, qui incarne la puissance européenne ? Moi, je ne sais pas", a-t-il conclu.