Tchad : Benalla a informé l'Élysée de son voyage "la semaine dernière", annonce la présidence

, modifié à
  • A
  • A
Alexandre Benalla "n'a pas informé l'Élysée de ses déplacements avant de les effectuer, mais uniquement de manière récente la semaine dernière", a déclaré la présidence. © STEPHANE MAHE / POOL / AFP
Partagez sur :

Selon l'Elysée, Alexandre Benalla l'a bien informé de son voyage au Tchad "mais uniquement de manière récente la semaine dernière". 

Alexandre Benalla, l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, n'avait pas informé l'Élysée de son déplacement au Tchad avant de s'y rendre début décembre, mais a seulement prévenu la présidence française "la semaine dernière", a affirmé mercredi l'Élysée.

Informé "de manière récente". L'ex-conseiller, limogé en juillet, "n'a pas informé l'Élysée de ses déplacements avant de les effectuer, mais uniquement de manière récente la semaine dernière", a déclaré la présidence, sollicitée sur les propos d'Alexandre Benalla assurant avoir "tenu informée la plus haute autorité française". Emmanuel Macron s'est lui rendu au Tchad le week-end dernier.

Pourquoi Alexandre Benalla a-t-il tenu informé son ancien employeur ? L'Élysée n'a pas fait de commentaires, évoquant simplement l'hypothèse qu'il ait "eu vent des mêmes rumeurs de presse que nous-mêmes".

"Une délégation économique étrangère". Dans un communiqué plus tôt mercredi matin, l'ex-conseiller, à l'origine de "l'affaire Benalla" qui a secoué l'exécutif durant l'été, a confirmé être allé au Tchad début décembre, en "accompagnant une délégation économique étrangère dans le cadre d'investissements qu'ils vont effectuer sur place". Sans préciser davantage l'objet de cette mission d'affaires.

L'Elysée maintient ses propos. Selon le journal Le Monde de lundi, Emmanuel Macron a assuré au président tchadien Idriss Déby qu'Alexandre Benalla n'était en aucun cas missionné par l'Élysée. "Quelles que soient les démarches qu'entreprend M. Benalla, il n'est pas un émissaire officiel ou officieux de la présidence de la République. S'il se présentait comme tel, il est dans le faux", a affirmé mardi l'Élysée. Dans son communiqué de mercredi, Alexandre Benalla juge cette phrase "diffamatoire" et annonce son intention de porter plainte. L'Élysée "maintient évidemment" sa déclaration à la presse "concernant l'absence totale de tout rôle officiel ou officieux d'Alexandre Benalla", a répondu la présidence mercredi, refusant de faire d'autres commentaires.