Taxe Gafa : Bruno Le Maire "regrette que l'Europe n'ait pas le courage de définir la fiscalité du 21ème siècle"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La semaine dernière, Bruno Le Maire a échoué à convaincre les quatre derniers pays européens récalcitrants (Irlande, Suède, Danemark et Finlande) d'adopter la taxe sur les géants du numérique.

INTERVIEW

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire présente mercredi en Conseil des ministres son projet de loi pour taxer les géants du numérique, après avoir échoué à faire l'unanimité en Europe sur la question. Au micro d'Audrey Crespo-Mara sur Europe 1, Bruno Le Maire a estimé qu'il s'agissait là d'une "mesure forte, attendue par les Français, qui vise à rétablir de la justice fiscale, et à construire la fiscalité du 21ème."

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Une taxe bloquée par quatre États européens. Cette taxe Gafa doit rapporter 500 millions d'euros à la France. "C'est un point de départ", prévient le ministre de l'Economie. "Cette taxe, nous la faisons au niveau national. J'ai bon espoir qu'ensuite ça devienne une taxe internationale, et que tous les pays développés se rallient à cette idée."

La semaine dernière, Bruno Le Maire a échoué à convaincre les quatre derniers pays européens récalcitrants (Irlande, Suède, Danemark et Finlande) d'adopter cette taxe. "Ce n'est que le début du combat", assure le patron de Bercy. "Je regrette que l'Europe n'ait pas le courage de définir quelle doit être la fiscalité du 21ème siècle. Je regrette que quatre États aient décidé de bloquer cette taxation", a-t-il poursuivi.

Pour une majorité européenne qualifiée. Face à ce blocage, le ministre a dit vouloir "au moins une position commune à défendre à l'OCDE, pour que d'ici fin 2019, ces taxes nationales deviennent une vraie fiscalité internationale sur le digital", ainsi que l'instauration de la règle de "la majorité qualifiée" pour les questions fiscales à l'échelle européenne, contre l'unanimité.

Alors que Google, Amazon ou Facebook ont basé leur siège social en Irlande afin de payer moins d'impôts, Bruno Le Maire a répété son opposition ferme "au dumping fiscal au sein de l'Union". "Ça nous affaiblit tous", considère-t-il.

"N'ayez pas peur des États-Unis". Face au ministre français, les quatre derniers pays récalcitrants ont avancé leurs craintes concernant d'éventuelles mesures de rétorsion prises par Donald Trump en réaction à la taxe sur ces sociétés américaines. "N'ayez pas peur de votre ombre, affirmez votre puissance", les exhorte Bruno Le Maire.

"Nous sommes le continent le plus puissant économiquement. Nous sommes le premier marché de consommateurs au monde. Les Gafa, qui sont de très belles entreprises et qui sont les bienvenues en France, ont besoin des consommateurs européens. N'ayons pas peur, ni des États-Unis, ni de la Chine."