Succession de Valls en Essonne : le maire d'Evry et la candidate LFI qualifiés pour le second tour

  • A
  • A
chouat francis
Selon FRancis Chouat, le résultat du scrutin conforte m'"offre politique nouvelle" que son parti "a proposé il y a maintenant à peine sept semaines". © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Francis Chouat, bras droit historique de Manuel Valls, est arrivé en tête avec 29,99% des voix, devant la candidate de La France Insoumise (LFI) Farida Amrani (17,82%).

Duel pour l'ancien siège de Manuel Valls : le maire d'Evry, soutenu par LREM, et la candidate Insoumise se sont qualifiés dimanche pour le second tour de la législative partielle en Essonne, qui doit aboutir à l'élection d'un nouveau député à la place de l'ex-Premier ministre. L'ancien chef du gouvernement a démissionné début octobre et annoncé sa candidature à la mairie de Barcelone, laissant vacant son siège de député.

29,99% des voix pour le candidat LREM. A l'issue du premier tour organisé dimanche, les deux favoris du scrutin se sont qualifiés pour le second tour du 25 novembre, devant le candidat du RN, dans un contexte de très forte abstention. Francis Chouat, bras droit historique de Manuel Valls, est arrivé en tête avec 29,99% des voix, devant la candidate de La France Insoumise (LFI) Farida Amrani (17,82%) et le candidat du RN, Grégory Saillol (13,72%).

Très forte abstention. Le scrutin a cependant très peu mobilisé : seuls 18,08% des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes, bien loin du taux de participation déjà faible des législatives en juin 2017 (40,11%). "Dans une abstention malheureusement trop importante, c'est un résultat qui conforte une offre politique nouvelle que nous avions proposé il y a maintenant à peine sept semaines", a déclaré Francis Chouat. "Cette campagne a été présentée comme un match entre Valls et Mélenchon, ou Mélenchon et Macron", a-t-il poursuivi. "Je constate qu'avec 30% des voix et 12 points de plus que la candidate de La France insoumise, ce pari a été manqué", s'est-il réjoui.

Farida Amrani a salué le "message clair" des électeurs, appelant "l'ensemble des forces progressistes à se rassembler" autour de sa candidature.