Six Français sur 10 favorables au maintien des troupes au Mali

  • A
  • A
© MICHELE CATTANI / AFP
Partagez sur :
Treize militaires ont été tués lors d'une collision accidentelle entre deux hélicoptères au cours d'un combat. Le drame a relancé les questions autour de l'engagement français au Sahel, où la situation sécuritaire ne cesse de s'aggraver. 

Les Français restent largement favorables au maintien des troupes au Mali face aux menaces terroristes, selon un sondage IFOP publié lundi, jour d'hommage national aux 13 soldats français morts la semaine dernière. Près de six Français sur dix (58%) approuvent la poursuite de l'action du contingent aux côtés des forces maliennes (dont 42% y sont plutôt favorables et 16% "tout à fait"), selon ce sondage publié lundi par la Lettre de l'Expansion. Politiquement, c'est au centre de l'échiquier (où sont classés LRM et le Modem) que le soutien à l'action militaire française est le plus prononcé, avec 77% d'opinions favorables. Les plus hostiles sont dans les rangs du Rassemblement national et de la France insoumise (48% pour). 

"Il y a un enjeu de cohésion nationale évident"

"Nous n'avons pas de phénomène d'érosion, et encore moins de retournement de l'opinion alors que l'intervention militaire s'est inscrite dans la durée", relève Jérôme Fourquet, directeur du département Opinon et Stratégies chez IFOP.  Les treize militaires ont été tués lors d'une collision accidentelle entre deux hélicoptères au cours d'un combat. L'armée française n'avait pas subi de telles pertes depuis l'attentat contre le QG français Drakkar à Beyrouth en 1983 (58 morts). Le drame a relancé les questions autour de l'engagement français au Sahel, où la situation sécuritaire ne cesse de s'aggraver. Mais seul le parti de Jean-Luc Mélenchon réclame ouvertement le retour des troupes. "Il y a un enjeu de cohésion nationale évident" lors de l'hommage de lundi, ajoute Jérôme Fourquet. "Mais Emmanuel Macron n'aura pas à rappeler le pourquoi de la présence militaire française, il n'y a pas de bataille d'opinion à mener". 

Ce sondage a été réalisé jeudi et vendredi selon la méthode des quotas auprès d'un échantillon de 1.004 personnes représentatives.