Remaniement : Sibeth Ndiaye veut que son ministère soit celui de "l'écoute"

, modifié à
  • A
  • A
L'ex-conseillère du président, réputée pour son franc-parler, a donné une longue accolade à son prédécesseur à la fin du discours.
L'ex-conseillère du président, réputée pour son franc-parler, a donné une longue accolade à son prédécesseur à la fin du discours. © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
Lors de sa passation de pouvoir avec Benjamin Griveaux, Sibeth Ndiaye, nouvelle porte-parole du gouvernement, a dit sa fierté d'endosser ce nouveau rôle.

Sibeth Ndiaye, conseillère presse d'Emmanuel Macron promue porte-parole du gouvernement, a déclaré lundi qu'elle voulait que son ministère soit "d'abord celui de l'écoute", lors de sa passation de pouvoir avec Benjamin Griveaux.

"Servir tous les Français". "Servir la France, c'est pour moi avant tout servir tous les Français. Ce que je souhaite, c'est que ce ministère leur soit ouvert. Ce ministère, qui bien souvent est considéré comme celui de la parole, je veux d'abord qu'il soit celui de l'écoute", a affirmé la nouvelle porte-parole âgée de 39 ans. L'ex-conseillère du président, réputée pour son franc-parler, a donné une longue accolade à son prédécesseur à la fin du discours.

"Fière" de franchir cette "marche". Benjamin Griveaux, qui a quitté le gouvernement pour se lancer à la conquête de Paris, a souhaité "belle route" à celle devenue "une messagère qui se lève tôt et qui se couche tard, parfois très tôt et souvent très tard". 

"Je m'apprête aujourd'hui à franchir une marche. Cette marche, je n'ignore pas qu'elle est haute", a souligné Sibeth Ndiaye, confiant le "doute" qui l'avait "submergée" dimanche soir avant d'accepter le ministère. "Cette marche, je la franchis avec la fierté de servir la France, ce pays que je me suis choisi parce qu'avant même d'être Française, j'ai compté parmi les engagés de ce pays", a ajouté la ministre, née au Sénégal. "La France m'a beaucoup donné, aujourd'hui c'est à mon tour de le lui rendre", a-t-elle conclu.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP