Pour Pierre Moscovici, "l'Europe va être difficile à gérer après les élections européennes"

, modifié à
  • A
  • A
1:30
Partagez sur :
Selon le commissaire européen Pierre Moscovici, invité du Grand rendez-vous d'Europe 1, il existe un risque "probable" d'une percée des populistes aux élections européennes. 

Y aura-t-il une vague populiste au Parlement européen aux élections de mai prochain ? Ce n'est pas le scénario "le plus probable", selon Pierre Moscovici, invité dimanche du Grand rendez-vous d'Europe 1, avec Les Echos et Cnews.

"Trois scénarios possibles". Selon le commissaire européen aux Affaires économiques, "il y a trois scénarios possibles". "Le premier, ce serait un sursaut des pro-européens, qui redonnerait du sens au projet européen. On en a besoin, on a besoin d'une Europe puissante, plus démocratique". "Le deuxième, c'est le scénario contraire, le scénario noir, dans lequel il y a une telle poussée des populistes que le Parlement européen devient ingouvernable", poursuit l'ancien ministre socialiste français. 

Mais le scénario "le plus probable", selon lui, est plutôt "gris". "Le troisième scénario, le plus probable, c'est celui où les populistes font une percée forte, et qui obligera quatre partis (socio-démocrates, conservateurs, libéraux et écologistes) à former une majorité de compromis. Mon sentiment, c'est que l'Europe va être difficile à gérer après les élections européennes. Cela sera extrêmement exigeant et il faudra faire preuve d'un esprit de compromis qui n'anime pas toujours les familles politiques pro-européennes", décrypte Pierre Moscovici.

"Des proximités" avec Emmanuel Macron. Soutiendra-t-il, pour sa part, la liste de la République en marche aux Européennes ? "Je ne connais pas les listes, je ne connais pas les programmes. J'ai des proximités avec le discours européen d'Emmanuel Macron. Après, entre ce que le président de la République dit et fait, et ce que peut dire ou faire une liste plus composite, c'est autre chose", balaye le commissaire européen.