"On prendra en charge à 100% l'activité partielle tant que la crise durera", assure Borne

, modifié à
  • A
  • A
Elisabeth Borne était l'invitée d'Europe 1, jeudi. 3:59
Elisabeth Borne était l'invitée d'Europe 1, jeudi. © Europe 1
Partagez sur :
Invitée d'Europe 1, jeudi, la ministre du Travail Elisabeth Borne a martelé l'intention du gouvernement de maintenir le dispositif d'activité partielle "tant que la crise durera" pour les entreprises "fermées totalement ou partiellement" en raison de la crise du coronavirus. 
INTERVIEW

"Jusqu'à présent, les conséquences de la crise sur l'emploi ont pu être relativement contenues grâce à toutes les mesures d'urgence qu'on a mises en place", estime la ministre du Travail Elisabeth Borne à propos du coronavirus. Mais combien de temps ces mesures vont-elles durer ? "Pour toutes les entreprises fermées totalement et partiellement, on prendra en charge à 100% l'activité partielle tant que la crise durera", a-t-elle affirmé sur Europe 1, jeudi matin. "On les protégera le temps qu'il faudra."

"Je veux vraiment que les entreprises soient rassurées, en particulier celles qui sont fermées ou qui ont des contraintes liées à la situation sanitaire", poursuit la ministre, précisant que le dispositif continuerait de concerner les activités à l'arrêt, mais aussi celles "qui n'arrivent pas à redémarrer", comme l'hôtellerie et l'évènementiel. 

Les aides pour l'emploi des jeunes versées "avant le 5 février"

Ne donnant pas de précision sur le relèvement du plafond du fonds de solidarité - "Le Premier ministre annoncera les mesures ce soir [jeudi, ndlr]"- Elisabeth Borne a ensuite évoqué les mesures mises en place pour accompagner les jeunes face à la crise. "Les primes qu'on a mis en place ont très bien fonctionné, puisqu'on a eu plus d'un million d'embauches de jeunes de moins de 26 ans en CDD de plus de trois mois ou en CDI entre le mois d'août et le mois de novembre", indique-t-elle. 

Quant aux entreprises éligibles à ces aides mais qui ne les ont pas encore reçues, la ministre du Travail se veut rassurante. "On a reçu, notamment sur l'apprentissage, beaucoup de dossiers sur un temps très court : 350.000 avaient été reçus à la fin de l'année. On en a payé un tiers. Je prends l'engagement que tous les dossiers soient réglés avant le 5 février." Et de préciser : "J'attire l'attention des chefs d'entreprises sur le fait qu'il faut qu'ils nous mettent leur relevé d'identité bancaire." 

Europe 1
Par Margaux Lannuzel