Philippe Juvin 6:11
  • Copié
Gauthier Delomez , modifié à
Le candidat à l'investiture des Républicains Philippe Juvin, également chef des services des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris, a énuméré les mesures qu'il faudrait prendre pour endiguer la propagation du nouveau variant du Covid-19. Il demande notamment une fermeture des frontières, pour "gagner deux semaines", et une accélération de la vaccination.
INTERVIEW

Dans le congrès LR, il est celui qui maîtrise le mieux les thèmes de santé. Philippe Juvin, maire de La Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine, est également chef des services des urgences à l'hôpital Georges-Pompidou de Paris. Invité de la matinale d'Europe 1 lundi, le candidat à l'investiture des Républicains a énuméré les mesures qu'il prendrait pour endiguer la propagation d'Omicron, le nouveau variant très contagieux du Covid-19. La première serait une fermeture des frontières qui "permettrait de gagner deux semaines", a-t-il affirmé, reprenant une déclaration publiée dimanche par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

"Le gouvernement a bien fait de passer à la troisième dose"

Partageant son expertise médicale, Philippe Juvin confirme "les inquiétudes" autour de ce nouveau variant car "on ne sait pas s'il est résistant aux vaccins", en raison des nombreuses modifications de sa structure. Pour le stopper, le candidat met avant "l'accélération de la vaccination de la troisième dose". "Le gouvernement a bien fait de passer à la troisième dose, mais on a perdu du temps", a-t-il estimé, poursuivant que pour rattraper le temps perdu, "il faut à toute vitesse se vacciner. Pour cela, il faut mettre en place une logistique qui fait défaut aujourd'hui", a avancé Philippe Juvin.

Fermeture des frontières et "contrôle extrêmement dur"

Pour organiser cette logistique, le maire de La Garenne-Colombes s'appuie sur la réouverture des vaccinodromes qu'il demandait à l'État "depuis le 1er septembre". Le candidat à l'investiture LR demande également au gouvernement une fermeture des frontières pour gagner du temps face au variant Omicron. "Ce n'est pas parfait, ça ne marche pas à tous les coups, c'est même très poreux", a-t-il ajouté, prônant aussi un "contrôle extrêmement dur comme le font les Britanniques". Pour entrer au Royaume-Uni, désormais, il faut un test PCR négatif et s'isoler le temps des résultats.

Développer les capacités de séquençage, aujourd'hui inférieures à celles d'autres pays

Philippe Juvin veut également, comme il le souhaite "depuis un an et demi", développer les capacités de séquençage de la France, inférieures à celles de pays voisins, qui permet d'identifier les variants qui circulent sur le territoire. S'il concède la bonne volonté du gouvernement face à cette crise, Philippe Juvin juge "les faits". "Il faut mettre en œuvre le tracer-tester-isoler. On dit sans arrêt qu'on va le faire dans les écoles", affirme-t-il, alors que le ministère de l'Éducation nationale va demander des autotests aux collégiens.

Enfin, le chef des urgences de l'hôpital Georges-Pompidou à Paris a repris une proposition de la Commission européenne quand "un avion atterrit, d'étudier ses toilettes. On recherche des traces du coronavirus, et s'il y en a, on teste tout l'avion". Au bout du compte, le candidat LR se dit "assez satisfait" des mesures prises par le gouvernement, même s'il demande plus de rapidité.