Municipales : Steeve Briois, David Rachline, et Robert Ménard élus dès le premier tour

, modifié à
  • A
  • A
De gauche à droite : David Rachline, Steeve Briois, et Robert Ménard. Tous les trois ont été élus au premier tour
De gauche à droite : David Rachline, Steeve Briois, et Robert Ménard. Tous les trois ont été élus au premier tour
Partagez sur :
Steeve Briois et David Rachline, maires Rassemblement national d'Hénin-Beaumont et de Fréjus, ont été réélus dès le premier tour des élections municipales. 

Le maire RN d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois, a été très largement réélu dès le premier tour des élections municipales dimanche, avec 74,21% des voix, se félicitant d'un "plébiscite". Le maire sortant, déjà élu dès le premier tour en 2014 avec 50,25%, a nettement distancé la liste conduite par l'écologiste Marine Tondelier (18,22%). Cette élection constitue "un plébiscite d'un bilan tout à fait incontestable", s'est félicité le maire de cette ville de 27.000 habitants de l'ex-bassin minier considérée comme l'une des vitrines du RN.

La présidente du parti, Marine Le Pen, est députée de la circonscription incluant Hénin-Beaumont. "Cette ville a été trop souvent salie par des polémiques" menées par "des gens qui ont pris aujourd'hui une déculottée électorale", a cinglé l'ancien député européen. Sa liste aura 31 élus sur 35 dans le futur conseil municipal, a-t-il encore indiqué.

David Rachline réélu à Fréjus 

Un peu plus tard, David Rachline (RN) a annoncé sa réélection dès le premier tour à Fréjus (Var), la plus grande ville conquise par son parti en 2014. "Nous avons mené une belle campagne qui nous a permis de convaincre massivement les Fréjussiens. On s'attend jamais à gagner dès le premier tour", a commenté sur Provence Azur TV le jeune maire de 32 ans et homme de confiance de Marine Le Pen.

Robert Ménard réélu à Béziers

Le maire sortant Robert Ménard (soutenu par le RN) a été réélu dès le premier tour à Béziers, dans l'Hérault, avec 68,7% des voix, selon les résultats officiels. A Béziers, Robert Ménard était confronté à une opposition faible et fragmentée. Le champion de l'ultra-droite, âgé de 66 ans, a largement devancé les listes LREM (11,5%), PC-PS-PRG (6,1%), EELV-LFI (5,4%), LR (4,2%) et une liste citoyenne (4,1%).

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP