Municipales : Gérald Darmanin candidat en tête de liste à Tourcoing

, modifié à
  • A
  • A
Gérald Darmanin a été maire de Tourcoing de 2014 à 2017.
Gérald Darmanin a été maire de Tourcoing de 2014 à 2017.
Partagez sur :
Le ministre de l'Action et des Comptes publics a annoncé dans un entretien accordé à la presse locale qu'il était candidat dans son fief de Tourcoing pour les élections municipales. Il affirme qu’en cas de victoire, il endossera l’écharpe de maire, quitte à quitter Bercy, précise "La Voix du Nord". 

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé lundi qu'il était candidat, en tant que tête de liste, aux élections municipales dans sa ville de Tourcoing (Nord), dans un entretien à La Voix du Nord.

Emmanuel Macron "m'a autorisé à être en campagne électorale" 

"Après avoir beaucoup parlé avec l'équipe municipale, je mènerai la liste aux élections municipales à Tourcoing" les 15 et 22 mars prochains. Le président Emmanuel Macron "m'a autorisé à être en campagne électorale" et "si je suis tête de liste, c'est pour être maire", déclare Gérald Darmanin, déjà à la tête de la ville de Tourcoing de 2014 à 2017. Une façon de laisser entendre qu'il pourrait quitter, dans un avenir relativement proche, le gouvernement.

 

Un "engouement fort" sur le terrain

"Nous avons eu des discussions avec Jean-Marie Vuylsteker (le maire actuel ndlr) et nous avons conclu que j'étais le mieux placé pour porter les aspirations municipales dans la continuité de ce que l'on a fait depuis six ans. Je suis donc tête de liste", souligne-t-il. Si le ministre avait indiqué qu'il dévoilerait sa candidature au moment de la Saint-Valentin, le 14 février, il a finalement choisi de se déclarer plus tôt en raison de "l'engouement fort" sur le terrain : "je ne me sentais pas de faire attendre une partie des gens", dit Gérald Darmanin.

Âgé de 37 ans, ce poids-lourd du gouvernement, qui a notamment mis en musique la réforme du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu en 2019, a rejoint La République en marche à l'automne 2017 quelques mois après son entrée au gouvernement. Proche de Xavier Bertrand et de Nicolas Sarkozy, il avait été élu maire de Tourcoing sous l'étiquette UMP en 2014 avec 45% des voix et 671 voix d'avance sur le maire socialiste sortant, à l'issue d'une triangulaire face aux candidats du PS et du FN.