Manuel Valls : "Les sorties scolaires doivent être préservées" du voile islamique

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Vendredi matin sur Europe 1, l’ancien Premier ministre est venu au soutien de Jean-Michel Blanquer, qui s’est récemment prononcé pour l’interdiction du voile pour les accompagnatrices de sorties scolaires.
INTERVIEW

Quand il était Premier ministre, Manuel Valls avait fait de la laïcité un combat de chaque instant. Désormais installé à Barcelone, dont il est conseiller municipal, l’ancien député d’Evry a évidemment gardé un œil sur les débats qui secouent la politique française. Et il a profité de son passage sur Europe 1, vendredi matin, pour apporter son soutien à Jean-Michel Blanquer, qui s’est récemment prononcé pour l’interdiction du voile islamique pour les accompagnatrices des sorties scolaires.

"Montée du communautarisme"

"J’ai beaucoup d’affection, d’admiration, pour Jean-Michel Blanquer, surtout à la place où il est : le ministère de l’Education. Il d’agit de la transmission des savoirs et des valeurs. J’ai toujours dit que, en effet, le voile était une manière de couvrir ce que sont les femmes et que ça, ça m’était insupportable comme républicain, comme homme de gauche", a affirmé Manuel Valls. "Il faut être très clair sur les principes et Jean-Michel Blanquer a raison de dire que les sorties scolaires devaient être préservées et que la laïcité, la République devaient être appliquées clairement."

"Peut-être que ce débat en cache un autre : c’est la montée du communautarisme, c’est ce qui met en cause notamment dans les quartiers populaires en permanence la République", a aussi estimé Manuel Valls. "Non pas qu’il faille tout mélanger, mais l’islam politique amène à l’islamisme, l’islamisme à la radicalisation, et la radicalisation peut amener, pas toujours, au terrorisme. Il faut aider nos compatriotes musulmans, français, à combattre le mieux possible ce qui fait tant de mal dans l’islam en France, en Europe et dans le monde", a conclu l’ancien premier ministre.

Europe 1
Par Rémi Duchemin