Les militaires de Sentinelle mobilisés samedi : "Une mauvaise solution" pour Jordan Bardella

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La tête de liste RN aux Européennes fustige sur Europe 1 la décision de l'exécutif de mobiliser la mission antiterroriste militaire Sentinelle, samedi lors des manifestations des "gilets jaunes".
INTERVIEW

La mission antiterroriste militaire Sentinelle sera mobilisée de manière "renforcée" samedi dans le cadre des manifestations des "gilets jaunes", afin de protéger des bâtiments officiels et autres "points fixes". Pour l'élu du Rassemblement national Jordan Bardella, invité d'Audrey Crespo-Mara, vendredi sur Europe 1, "ce n'est pas une bonne solution."

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Ce n'est pas leur boulot". "Je pense que ce gouvernement est en réalité complètement incapable de répondre aujourd'hui à la montée des violences. Le rôle des militaires est de combattre les ennemis de la France, qu'ils s'agissent d'ennemis intérieurs avec la menace terroriste, ou extérieurs pour Daech. Mais absolument pas de faire du maintien de l'ordre", tonne la tête de liste RN aux Européennes. Et de souligner son inquiétude à la veille d'une nouvelle journée de mobilisation des "gilets jaunes" : "Si demain des militaires sont pris à partie par des milices antifas, qu'est-ce qu'ils vont faire ? Ils n'ont pas les moyens aujourd'hui de faire du maintien de l'ordre, parce que ce n'est pas leur boulot. L'armée dans la rue, ça s'appelle la gendarmerie."

Le "laxisme" du gouvernement à l'égard des casseurs. Pour endiguer les violences qui ont lieu quasiment chaque samedi depuis quatre mois, la solution ne réside pas dans un appel lancé aux "gilets jaunes" à ne pas manifester, considère Jordan Bardella. "Le problème n'est pas la manifestation, mais le laxisme à l'égard des casseurs. Ce qui m'indigne, c'est l'impuissance avec laquelle le gouvernement traite ces violences. Je crois qu'ils ont laissé faire les casseurs", dénonce-t-il.

"Évidemment que j'appelle au calme, mais tant que vous ne mettrez pas hors d'état de nuire les fauteurs de trouble professionnels qui viennent à chaque manifestation pour en découdre, s'en prendre aux forces de l'ordre, et pour tout casser sur leur passage, tout cela va continuer."