Le président de l'Inserm, mari de la ministre de la Santé, nommé conseiller d'État extraordinaire

  • A
  • A
Yves Levy est le mari de la ministre de la Santé Agnès Buzyn. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Yves Lévy, à la tête de l'Inserm depuis 2014 et mari de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, avait renoncé cet été à briguer un nouveau mandat, face à de possibles conflits d'intérêts. 

Le médecin et scientifique Yves Lévy, à la tête de l'Inserm depuis 2014 et mari de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a été nommé mercredi conseiller d'État extraordinaire, à l'issue du conseil des ministres, sur proposition de la garde de sceaux. Il prendra ses fonctions le 12 octobre, indique le compte-rendu du conseil des ministres.

En plein cœur de l'été, Yves Lévy avait annoncé le retrait de sa candidature à un nouveau mandat de président de l'Inserm, face à de possibles conflits d'intérêts, compte tenu de la fonction de son épouse.

Une polémique en plein cœur de l'été. Son maintien à la tête de l'organisme public de recherche médicale, après la nomination d'Agnès Buzyn au gouvernement en 2017, et l'hypothèse de sa reconduction pour un nouveau mandat de quatre ans, avaient valu des critiques à la ministre et au gouvernement. La ministre s'est constamment défendue en faisant valoir que la tutelle de l'Inserm lui avait été retirée par décret, au profit du Premier ministre.

"C'est important pour le ministère de la Santé d'être en capacité de parler de recherches biomédicales, la décision a été prise non pas parce qu'il y avait conflit d'intérêt mais pour faciliter le travail du ministère", avait souligné début août Agnès Buzyn, après l'annonce du retrait de la candidature de Yves Lévy à un nouveau mandat.

Il restait jusqu'à présent président par intérim de l'Inserm. Depuis l'expiration le 12 juin de son mandat de quatre ans, Yves Lévy restait président par intérim de l'Inserm, dans l'attente de la désignation de son successeur. "Le processus de recrutement du PDG de l'Inserm sera relancé dans les prochaines semaines", avait annoncé Matignon fin juillet.