Le mouvement de grève du 5 décembre "est un peu bizarre", pointe Élisabeth Borne

, modifié à
  • A
  • A
Élisabeth Borne sur Europe 1 1:57
Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire. © Europe 1
Partagez sur :
Invitée jeudi de la matinale d'Europe 1, la ministre de la Transition écologique et solidaire Élisabeth Borne s'est exprimée sur la grève du 5 décembre, qui s'annonce très suivie "alors même qu'on n'a pas fini les concertations", estime-t-elle.
INTERVIEW

Dans une semaine, de nombreuses organisations syndicales vont manifester contre la réforme des retraites, avec une grève dans de nombreux secteurs. Et dans les transports, le mouvement social s'annonce très suivi. "La RATP et la SNCF sur le pont pour réduire la gêne pour les usagers", a estimé jeudi sur Europe 1 la ministre de la Transition écologique et solidaire Élisabeth Borne. "Le dialogue se poursuit avec les organisations syndicales. Ce mouvement de grève est un peu bizarre alors même qu'on n'a pas fini les concertations."

"Le Premier ministre a dit clairement qu'on est déterminés à mettre en place un système universel, mais qu'on est ouverts sur les modalités, notamment sur le rythme de mise en oeuvre", rappelle-t-elle. "Il faut des périodes de transition et il y a une place pour discuter de ces périodes."

Borne prône le covoiturage

Concrètement, le gouvernement est dans le flou sur les prévisions de mobilisation : "Ce sont d'abord les opérateurs qui pourront mettre en place le meilleur service quand on aura connaissance des grévistes, ce sera 48 heures à l'avance", indique-t-elle. Pour l'heure, l'exécutif ne peut que rappeler qu'il "encourage le télétravail"

Sur Europe 1, Élisabeth Borne prône également "le covoiturage, une bonne solution pour se déplacer les jours de grève et de façon générale toute l'année". "Ça permet d'avoir d'autres solutions que la voiture individuelle quand on est dans des zones où il n'y a pas de transports en commun et aussi dans les grandes villes où il y a beaucoup d'embouteillages. C'est bon pour la planète et pour le porte-monnaie", résume-t-elle.

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec