Le domicile de Christophe Castaner "attaqué" par des "gilets jaunes"

  • A
  • A
Le ministre a indiqué que des manifestants s'étaient réunis jeudi devant la maison où vivent sa femme et sa fille.
Le ministre a indiqué que des manifestants s'étaient réunis jeudi devant la maison où vivent sa femme et sa fille.
Partagez sur :
Christophe Castaner a confié au "Midi Libre" qu'un groupe de "gilets jaunes" était venu protester devant son domicile familial dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Il a été personnellement visé. Alors que les "gilets jaunes" mènent samedi leur seconde journée de blocage à travers la France, le ministre de l’Intérieur a indiqué au Midi Libre que son domicile de Forcalquier, dans les Alpes-de-Haute-Provence, avait été la cible d’un groupe de protestataires. 

Des selfies postés sur les réseaux. "Il y a eu des violences, des insultes, des attaques racistes, antisémites, homophobes. À l’inverse, ma maison personnelle à Forcalquier où j’ai ma femme et ma fille a été attaquée hier (jeudi, ndlr) par les ‘gilets jaunes’", a assuré Christophe Castaner, en marge d’une rencontre vendredi avec les lecteurs du quotidien occitan. "Ils étaient là devant à faire des selfies, à poster des messages sur Facebook. Je trouve ça insupportable", a-t-il détaillé.

Et d’avertir : "Qu’ils m’attaquent, qu’ils m’insultent, qu’ils trouvent que je sois nul, je l’entends... Mais qu’on ne touche pas à ce qui relève du privé."

Une mobilisation qui inquiète. Lors d’une conférence de presse commune avec le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, le locataire de l’hôtel Beauvau a annoncé un dispositif de sécurité "à un niveau exceptionnel" samedi, expliquant n’avoir aucune estimation précise quand à l’ampleur de la manifestation prévue. "Nous ignorons totalement la réalité de la mobilisation de demain", a-t-il concédé.

>> Suivez notre direct sur la journée de blocage