La mort de Jacques Chirac "a fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le monde entier", selon Jean-Baptiste Lemoyne

, modifié à
  • A
  • A
2:17
Partagez sur :
Invité vendredi d'Europe 1, le secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a annoncé que "plusieurs dizaines de chefs d'État" seraient présents à l'hommage à Jacques Chirac, lundi. 
INTERVIEW

La mort de Jacques Chirac, jeudi, à l'âge de 86 ans, a suscité de nombreuses réactions partout dans le monde, avec de nombreux hommages de dirigeants internationaux ayant travaillé avec l'ancien président de la République, comme Angela Merkel ou encore Vladimir Poutine. Invité vendredi d'Europe 1 vendredi, le secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne, présent à l'ONU au moment de l'annonce du décès de l'ancien président, confirme que la nouvelle "a fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le monde entier". 

À l'ONU, raconte-t-il au micro de David Doukhan, "tout le monde est venu spontanément présenter ses condoléances", avant une déclaration du secrétaire général de l'organisation Antonio Guterres. Et alors qu'il y co-présidait avec son homologue japonais une réunion "sur les financements innovants en matière de développement", domaine sur lequel Jacques Chirac s'était montré actif, le secrétaire d'État a demandé à ses collègues de respecter une minute de silence. "Spontanément, toute l'assemblée s'est levée", se souvient-il, décrivant un "moment très émouvant". 

"Jacques Chirac a marqué le monde dans son action internationale"

Pour Jean-Baptiste Lemoyne, ces témoignages "nombreux, authentiques, sincères", prouvent que Jacques Chirac a "marqué le monde dans son action internationale". L'ancien président de la République "a posé les bases d'une action de la France en tant que défenseur du multilatéralisme", explique-t-il encore, notant qu'Emmanuel Macron lui-même "a repris ce flambeau, au moment où le multilatéralisme est attaqué". Jacques Chirac, toujours selon le secrétaire d'État, avait également réussi à faire de la France "une puissance d'équilibre", permettant à l'ex-chef de l'État de devenir très populaire dans le monde arabe. 

Ainsi, prévoit-il, lundi, lors de la cérémonie d'hommage à Jacques Chirac, "plusieurs dizaines de chefs d'État, de gouvernement, seront présents". Et de prévoir "un moment fort qui montre combien Jacques Chirac était enraciné dans cette France et tutoyait l'universel". 

Mais, si les réaction internationales se sont multipliées, le gouvernement américain et Donald Trump sont en revanche restés silencieux. "Lundi, d'une façon ou d'une autre, l'amitié du peuple américain et de ses dirigeants se manifestera", veut pourtant croire Jean-Baptiste Lemoyne, qui rappelle que, si le président Chirac "a toujours eu une amitié exigeante avec les États-Unis", s'opposant par exemple à la guerre en Irak, il avait été l'un des premiers à survoler New York après les attentats du 11 septembre 2011, et avait ensuite engagé la France dans le conflit en Afghanistan. 

Europe 1
Par Antoine Terrel