Jean-Michel Aphatie : "Ce n'est pas un hasard si l'apparition du mouvement des 'gilets jaunes' concorde avec la hausse des actes antisémites"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Au micro de la matinale de Nikos Aliagas, notre éditorialiste estime vendredi que l'idéologie antisémite et certaines idées défendues par les "gilets jaunes" se nourrissent des mêmes préjugés. 
EDITO

"On ne peut que souhaiter que "l'acte 15" des "gilets jaunes" ne ressemble pas à celui de samedi dernier avec l'agression d'Alain Finkielkraut. Mais il faut bien dire que les chefs de file du mouvement semblent totalement indifférents à ce qu'ont provoqué les rassemblements en matière d'antisémitisme. De fait, aucun des leaders du mouvement que sont Éric Drouet, Maxime Nicolle ou encore Priscilla Ludosky n'a pris la parole de manière solennelle - eux qui savent convoquer les médias à dessein - pour dire : 'non à l'antisémitisme', et pour exhorter ceux qui enfilent un gilet jaune à se défier de cette abjection.

"Pas en mon nom." Je rêve ce matin d'imaginer que, peut-être, samedi prochain, on verra dans cette manifestation des panneaux qui diront 'not in my name', c'est-à-dire 'pas en mon nom', avait appelé Delphine Orwiller, femme rabbin du Mouvement juif libéral de France, sur Europe 1 le 11 février, soit un peu moins d'une semaine avant l'agression antisémite d'Alain Finkielkraut. On ne sait toujours pas si, samedi, des "gilets jaunes" diront "pas en notre nom", ce qui serait une bonne surprise pour la crédibilité du mouvement.

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Un même terreau. Evidemment, il ne s'agit pas de dire que les 'gilets jaunes' et ceux qui les soutiennent sont antisémites, le propos n'est pas celui-là. Il s'agit de s'interroger sur l'idéologie des "gilets jaunes", du moins telle qu'elle peut s'exprimer sur les réseaux sociaux. Que détestent les "gilets jaunes" ? La banque, la finance, les parlementaires, les élites, et ils sont adeptes, pour nombre d'entre-deux, des théories du complot. Or, qu'est-ce que l'idéologie antisémite ? C'est ne pas aimer la banque, les parlementaires, les élites et croire à la pire des idées complotistes, à savoir que tout serait de la faute des juifs. On assiste donc à un croisement entre les deux idéologies.

Ce n'est donc pas un hasard si l'apparition du mouvement des 'gilets jaunes' concorde avec la hausse des actes antisémites. Encore jeudi, à Paris, une dizaine d'inscriptions antisémites ont été retrouvées dans le 14ème arrondissement. Et ce n'est pas un hasard non plus si les antisémites enfilent avec plaisir un 'gilet jaune'. Il y a, dans l'air, quelque chose de tragique."