Grand débat : "Les Français attendent qu'Emmanuel Macron répare ses fautes", exige Nadine Morano

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La députée européenne estime sur Europe 1 lundi que le président de la République a commis "des fautes politiques majeures" qui sont à l'origine de la crise des "gilets jaunes". La restitution du "grand débat national" doit lui servir à les réparer, selon elle.
INTERVIEW

Après des mois de "grand débat national", place à la restitution. Le gouvernement dévoile lundi matin à Paris les résultats de la grande consultation nationale lancée au mois de janvier, en réponse à la crise des "gilets jaunes".

Emmanuel Macron a fait "des fautes politiques majeures". "On sait très bien ce qu’attendent les Français et comment a commencé cette crise : par une taxation massive des carburants, par une hausse de la CSG sur les retraités, par une désindexation des retraites", explique Nadine Morano au micro d'Audrey Crespo-Mara, lundi sur Europe 1. D'après elle, "ce sont des fautes politiques majeures" et aujourd'hui, "les Français attendent qu'Emmanuel Macron répare ses fautes".

La députée européenne s'en prend également à Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, ancien membre de son parti, Les Républicains : "Quand je pense qu'il ose se prétendre de la droite populaire ! Jamais la droite populaire ne s'en serait pris aux retraités, que nous avons toujours protégés et préservés."

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"La retraite ce n'est pas un don, c'est un dû !" Aujourd'hui, elle réclame "la réindexation" des retraites. "Il faut savoir que près de neuf millions de retraités ont perdu en pouvoir d'achat, sur un an, environ 400 euros." Gérald Darmanin a lui même indiqué que "la question peut être posée", explique Nadine Morano, qui va plus loin : "Je dis qu'elle doit être imposée !" "Il faut réindexer les retraités sur l'inflation. C'est indispensable pour leur pouvoir d'achat. La retraite, ce n'est pas une allocation, ce n'est pas un don, c'est un dû !", appuie-t-elle.

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau