"Gilets jaunes" : les élus locaux appellent Emmanuel Macron à "reconstruire le contrat social"

, modifié à
  • A
  • A
Hervé Morin, Dominique Bussereau et François Baroin demandent à Emmanuel Macron de "co-construire un nouveau contrat social".
Hervé Morin, Dominique Bussereau et François Baroin demandent à Emmanuel Macron de "co-construire un nouveau contrat social". © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
Hervé Morin, Dominique Bussereau et François Baroin ont signé une tribune parue mardi dans "Paris Match" pour demander à Emmanuel Macron de "reconstruire le contrat social" en pleine crise des "gilets jaunes". 

Les présidents des Régions de France, Hervé Morin, de l'Association des départements de France, Dominique Bussereau, et de l'Association des maires de France, François Baroin, ont lancé mardi un appel au chef de l'État à "reconstruire le contrat social" afin de sortir de la crise des "gilets jaunes".

Des "gestes forts préalables à toute discussion". Dans une tribune publiée par Paris Match, les trois élus se déclarent à la disposition d'Emmanuel Macron et de son gouvernement pour contribuer "au dialogue national" pour trouver "l'apaisement dont la France a besoin aujourd'hui". Les signataires appellent à "des gestes forts et immédiats, préalables à toute forme de discussion". "Le moratoire sur la hausse des taxes sur les carburants est un préalable indispensable mais n'est plus la seule réponse à la hauteur des enjeux", soulignent-ils en réclamant aussi "un moratoire absolu sur la fermeture des services publics dans tous les territoires".

Carburants : un "moratoire", ça veut dire quoi ?

"Engager une nouvelle et profonde étape de décentralisation". Les trois élus souhaitent également "co-construire un nouveau contrat social adapté aux enjeux du monde actuel", qui passe par "un vrai partenariat avec les collectivités, les partenaires sociaux et tous les corps intermédiaires". Et ils demandent une nouvelle fois au gouvernement "d'engager une nouvelle et profonde étape de décentralisation".

La mise en place de ce nouveau contrat social passera, selon eux, par "une grande concertation, qui soit la plus décentralisée possible, pour laisser s'exprimer les colères et les attentes et pour construire (…) des propositions de solution adaptées à la réalité des territoires et aux aspirations des citoyens". Les signataires appellent enfin au "lancement immédiat d'un grand chantier sur la fiscalité écologique pour la rendre plus juste, plus efficace".

Jean-Luc Mélenchon dénonce "les astuces à l'ancienne" du gouvernement

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a dénoncé mardi des "astuces à l'ancienne" et un "simple report de six mois de la surtaxe carburants" dans les annonces d'Édouard Philippe de mardi. "Le gouvernement n'a pas pris la mesure du moment", "une révolution citoyenne", a affirmé Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué. "Il pense pouvoir l'éteindre par des astuces à l'ancienne", mais doit "revenir aux urnes", a-t-il ajouté.

"Un simple report de six mois". Le gouvernement "n'annonce toujours pas d'annulation de la surtaxe sur le carburant mais un simple report de six mois", ce qui équivaut à "reporter des décisions impopulaires après les élections" européennes de mai, a critiqué le patron des députés LFI.

"Rien n'a été annoncé sur la situation sociale actuelle des Français : pas de réforme de l'impôt et des taxes, pas de hausse du salaire minimum", a ajouté Jean-Luc Mélenchon. "La priorité du pouvoir reste donc de protéger les ultra-riches pour lesquels le rétablissement de l'ISF n'est toujours pas à l'ordre du jour".