"Gilets jaunes" : Laurent Wauquiez (LR) appelle à arrêter les manifestations

  • A
  • A
Laurent Wauquiez a reconnu avoir "soutenu ce mouvement (…) celui des Français assommés par les taxes et les impôts".
Laurent Wauquiez a reconnu avoir "soutenu ce mouvement (…) celui des Français assommés par les taxes et les impôts". © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :

Le patron des Républicains a appelé mardi soir les "gilets jaunes" à arrêter les manifestations, au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron sur le pouvoir d'achat.

Le président du parti Les Républicains (LR) Laurent Wauquiez a appelé mardi soir les "gilets jaunes" à ne pas manifester samedi, estimant qu'"on ne construira rien sur des décombres" dans une allusion aux violences survenues lors des derniers rassemblements.

"Triste qu'il ait fallu des violences pour arriver à ça". "Mon souhait est que samedi prochain, il n'y ait pas de manifestation", a déclaré Laurent Wauquiez, interrogé sur BFMTV, se disant "triste qu'il ait fallu des violences pour arriver à ça", en l'occurrence les mesures annoncées par le chef de l'État lundi pour calmer la grogne sociale. 

"Je sais bien que ce sont les gilets jaunes qui décident et ne prennent pas d'instruction", a-t-il encore poursuivi, mais "après avoir vu la France s'abîmer", le chef des LR souligne qu'"on ne construira rien sur des décombres, on ne peut pas construire sur le chaos".

Une crise "qui a secoué tout le monde". "Cette crise a secoué tout le monde : la classe politique, les journalistes, les Français, tout le monde", a estimé Laurent Wauquiez qui reconnait avoir "soutenu ce mouvement (…) celui des Français assommés par les taxes et les impôts". Mardi matin, Eric Woerth (LR) avait également appelé les "gilets jaunes" à "lever le camp des ronds-points" et "à reprendre la vie". "A un moment donné, comme disaient les syndicats, il faut savoir arrêter un mouvement", a insisté le député LR, en soulignant que "la violence n'a rien à faire dans une démocratie".

FRANCOIS LO PRESTI / AFP