Gérard Collomb : "Le président me dit qu'aujourd'hui, il a besoin de moi"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'ex-ministre de l'Intérieur s'est confié, jeudi au micro d'Europe 1, sur sa relation avec le président de la République, abîmée au moment de sa démission à l'automne, et qu'il souhaiterait voir réparée.
INTERVIEW

"Nos contacts se renouent quand les temps deviennent difficiles. Peut-être suis-je un homme des temps difficiles", a-t-il glissé dans un demi-sourire. Jeudi matin, au micro d'Audrey Crespo-Mara sur Europe 1, Gérard Collomb, ancien ministre de l'Intérieur, s'est confié sur sa relation avec Emmanuel Macron.

Les liens, distendus par les désaccords qui ont débouché, en octobre dernier, à la démission du premier flic de France, sont en train de se reformer, selon lui. "Le président de la République me dit qu'aujourd'hui il a besoin de moi, et j'espère que cela va continuer dans l'avenir", a-t-il lâché. Gérard Collomb compte notamment assister au meeting lyonnais de La République en marche! pour la campagne des européennes, mercredi soir. "Aujourd'hui le choix est un choix fondamental, on est devant une Europe en train de se disloquer. On se dit : 'demain, qu'est-ce qui va rester de l'Europe ?'. Je voterai avec ma liberté de penser et de ton, mais je voterai", a-t-il expliqué, disant craindre une victoire du Rassemblement national.

L'affaire Benalla, "une véritable épreuve"

Revenant sur sa démission du ministère de l'Intérieur, Gérard Collomb a reconnu des désaccords. "C'est vrai que nous avons eu un certain nombre de problématiques sur lesquelles nous nous étions séparés [avec Emmanuel Macron] par le passé." L'affaire Benalla, notamment, a joué. "J'ai vécu ça comme une véritable épreuve", a-t-il expliqué. "Nous avions dit, nous, qu'il fallait que le ministère de l'Intérieur gère ces problèmes [de sécurité du chef de l'État] pour éviter que l'image du président soit directement impactée en cas de difficultés. Cela vous tombe dessus un jour et nous cela faisait longtemps qu'on disait que le ministère de l'Intérieur devait avoir un rôle majeur au niveau institutionnel dans la protection du président."

 

Admettant être "plus rarement" en contact avec le chef de l'État, le maire de Lyon a également regretté de ne plus voir son épouse. "Souvent, Brigitte défendait les positions que je pouvais avoir. Elle sortait, elle voyait plus ce qu'était la réalité de la France." Selon lui, l'heure est venue pour Emmanuel Macron de saisir la main qu'il lui tend. "Aujourd'hui, on voit bien qu'il est à nouveau en difficulté avec une crise en interne et cette situation extrêmement complexe à l'international. J'essaie de me placer sur les grands enjeux et pas sur les problématiques personnelles."