Municipales : Hidalgo victorieuse à Paris, succès en série pour les Verts

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Édouard Philippe réélu au Havre, Anne Hidalgo victorieuse à Paris, Louis Aliot vainqueur à Perpignan… Les premiers résultats du second tour des municipales sont tombés, avec une percée verte et une "déception" chez LREM. La participation au second tour a à peine dépassé les 40%, un niveau qui "préoccupe" Emmanuel Macron. Revivez les temps forts de cette soirée électorale.
L'ESSENTIEL

Dans les communes où le maire n'a pas été élu au premier tour des élections municipales, ce dimanche était synonyme de second tour. Et synonyme également de victoire pour le Premier ministre Édouard Philippe au Havre, pour Louis Aliot à Perpignan, pour Anne Hidalgo à Paris ou encore pour Michèle Rubirola à Marseille.

Dans le sillage du premier tour, lui aussi marqué par la pandémie de coronavirus, la participation est estimée entre 40% et 41% des voix, alors que le seuil des 60% était traditionnellement dépassé pour ce scrutin. Après les premiers résultats, Emmanuel Macron s'est dit "préoccupé par le faible taux de participation" à cette élection.

Les principales informations à retenir :

  • Le Premier ministre Édouard Philippe est réélu au Havre avec 59% des voix
  • Deuxième mandat pour Anne Hidalgo, victorieuse à Paris 
  • Les Verts l'emportent à Marseille, Bordeaux et Lyon
  • Louis Aliot revendique la victoire à Perpignan, victoire majeure pour le RN 
  • La participation à un niveau très faible, Macron "préoccupé"

Hidalgo bat Dati et Buzyn à Paris

La passe de deux pour Anne Hidalgo à Paris : la candidate socialiste s'est imposée avec 50,2% des voix, dimanche, selon les premières estimations diffusées vers 21 heures. Élue en 2014, elle conserve son fauteuil de maire jusqu'en 2026, avec un mandat à venir marqué par les Jeux olympiques en 2024. "Vous avez choisi l'espoir, vous avez choisi le rassemblement", a lancé dimanche soir la maire PS. "Vous avez choisi un Paris qui respire, un Paris plus agréable à vivre, une ville plus solidaire qui ne laisse personne au bord du chemin."

La droite battue par les écologistes à Marseille

Michèle Rubirola, à la tête d'une coalition de gauche, est arrivée largement en tête à Marseille lors du second tour des municipales, devant la candidate LR Martine Vassal, selon deux estimations des instituts de sondages. L'écologiste recueille 39,9% des voix, devant Martine Vassal (29,8%) et le candidat du Rassemblement national Stéphane Ravier (19,8%), selon Harris Interactive Epoka pour TF1-LCI et RTL. Bruno Gilles, dissident LR, recueille 6,2%, Samia Ghali (DVG) 2,7% et Yvon Berland (LREM-UDI) 1,6%.

Les écologistes en tête à Lyon, Bordeaux, Strasbourg…

À Lyon, le candidat écologiste Grégory Doucet a été élu, loin devant le candidat Les Républicains et poulain de Gérard Collomb, Yann Cucherat. Les écologistes ont également remporté la métropole de Lyon avec la victoire de Bruno Bernard. 

À Bordeaux, selon des estimations, l'écologiste Pierre Hurmic a devancé de peu le candidat Les Républicains Nicolas Florian, dans une ville historiquement gérée par la droite. L'écologiste Jeanne Barseghian a devancé le candidat LREM Alain Fontanel, soutenu par la droite, à Strasbourg. Selon une estimation Ipsos-Sopra Steria, elle a obtenu 42,5% des voix contre 34,3% pour Alain Fontanel. La socialiste Catherine Trautmann arrive en troisième position avec 23,2% des voix, selon cette estimation. Tours a également basculé dans l'escarcelle écologiste.

Philippe nettement réélu au Havre

Le Premier ministre Édouard Philippe a été nettement réélu dans sa ville du Havre avec 58,8% des voix, contre son adversaire communiste Jean-Paul Lecoq. Le taux d'abstention a été de 58% dans cette ville portuaire qui avait basculé à droite en 1995 après trois décennies de maire PCF. Peu après 20 heures, le Premier ministre maire du Havre a salué des "résultats nets" au Havre, un "acte de confiance" pour lui.

Victoire pour Aliot et le RN à Perpignan

Le député RN Louis Aliot, opposé en duel à Perpignan au maire sortant Jean-Marc Pujol, a affirmé dimanche à l'AFP avoir remporté l'élection municipale. Louis Aliot recueille 54% des voix selon Ifop Fiducial pour M6 et Sud Radio, 53,3% des voix selon Elabe Berger-Levrault pour BFMTV et Le Parisien, et 53,1% des voix selon Harris Interactive Epoka pour TFI-LCI et RTL. Il s'agit de la seule et unique grande ville remportée par le parti d'extrême droite dans ces élections municipales.

Aubry réélue de justesse à Lille

La maire socialiste de Lille, Martine Aubry, l'a emporté d'une courte tête, en devançant "de 227 voix" son concurrent écologiste Stéphane Baly, a annoncé son entourage à l'AFP. Le suspense a duré une bonne partie du début de la soirée, les sondages donnant les deux au coude à coude, largement devant la candidate macroniste Violette Spillebout.

Bayrou réélu à Pau, victoires PS à Nancy 

À Pau, François Bayrou a été réélu dans son fief avec 55,5% des voix. À Nancy, le socialiste Mathieu Klein l'emporte face au sortant radical Laurent Hénart. La candidate écologiste Anne Vignot devance d'une courte tête son adversaire Ludovic Fagaut (LR) lors des élections municipales à Besançon, après avoir recueilli entre 43,6% et 43,9% des voix, selon deux estimations.

Une participation en forte baisse, Macron "préoccupé"

L'une des principales interrogations du scrutin concernait la participation : elle ne s'établissait qu'à 34,67% à 17 heures, soit une baisse de 4,1 points par rapport au premier tour de mars dernier (38,77%), et même une chute de 18 points par rapport au second tour de 2014 (52,36%). Selon les estimations de trois instituts de sondage, la participation devait s'élever entre 40 et 41% à la fermeture de l'ensemble des bureaux de vote. 

Vers 20h15, Emmanuel Macron s'est dit "préoccupé par le faible taux de participation" aux municipales, "qui n'est pas une très bonne nouvelle", selon un communiqué de l'Élysée. Le chef de l'État a également appelé son Premier ministre Édouard Philippe pour le féliciter de sa "belle victoire" au Havre et prévoit de le voir "un petit moment en tête-à-tête" lundi matin, avant leur réunion avec les membres de la Convention citoyenne pour le climat.

Au premier tour, moins d'un électeur sur deux (44,3% contre 63,5% en 2014) s'était déplacé pour voter en raison des risques de contamination. À l'issue d'une campagne souvent cantonnée aux réseaux sociaux et aux médias, une abstention massive se profile à nouveau.

Le Pen (RN), Jacob (LR) et Faure (PS) satisfaits, Ndiaye (LREM) "déçue"

Les deux grands partis traditionnels en France, Les Républicains et le Parti socialiste, ont salué les résultats de ce second tour. "On renoue avec la victoire", s'est félicité le patron du parti de droite, Christian Jacob, tandis que le président du groupe LR à l'Assemblée, Damien Abad, estime que Les Républicains "restent le premier parti de France en termes d'élu locaux et d'ancrage territorial". Le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a salué un "immense élan qui se lève" en France.

De son côté, le chef de file d'Europe Écologie Les Verts, Yannick Jadot, s'est enorgueilli d'une victoire qui est celle d'"une espérance autour d'un beau projet" écologiste dans plusieurs villes. La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a salué une "vraie grande victoire" et un "déclic" pour son parti, alors que son bras droit, Jordan Bardella, s'est félicité d'avoir fait "voler en éclat le front républicain".

Si chaque parti revendique une forme de victoire avec les résultats du jour, c'est un scrutin très mitigé pour La République en marche. La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a concédé que les membres du parti présidentiel "éprouvaient une déception".

15% des communes concernées, le vote reporté en Guyane

Le vote a eu lieu dans 4.820 communes, ainsi que dans les arrondissements et secteurs de Paris, Lyon, Marseille, où les conseils n'ont pas été élus au complet le 15 mars. Un second tour qui concernait principalement les villes, puisque les communes rurales ont massivement conclu l'élection dès le premier tour. 

Outre les traditionnels duels, les candidats s'affrontaient dans 786 triangulaires et 155 quadrangulaires. Le vote a en revanche été à nouveau reporté en Guyane, où le virus continue de se propager.