Élisabeth Borne à l'Écologie : "La bonne personne au bon endroit", selon Sébastien Lecornu

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité de la matinale d'Europe 1, mercredi, le ministre chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, voit dans la nomination d'Élisabeth Borne à l'Écologie une femme "compétente".
INTERVIEW

Exit François de Rugy : le ministre de la Transition écologique et solidaire a démissionné, mardi, après plusieurs révélations de Mediapart sur des dîners fastueux à l'Assemblée nationale ou sur des cotisations partisanes payées avec son indemnité de frais de mandat. Il a été remplacé par Élisabeth Borne, chargée depuis deux ans des Transports.

"Élisabeth Borne est une amie", réagit sur Europe 1 Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales. "Elle a mené des réformes courageuses, comme la réforme de la SNCF ou la Loi d'orientation des mobilités. Elle est souvent sur le pont sur des dossiers de crise." 

" Avec Brune Poirson et Emmanuelle Wargon, Élisabeth Borne forme un trio de femmes de choc, qu'il est opportun de promouvoir "

"Je revendique cette compétence d'Elisabeth Borne", a poursuivi l'un des cadets du gouvernement. "C'est la bonne personne au bon endroit. Voyez ce que fait Brune Poirson sur les déchets, voyez ce que fait Emmanuelle Wargon sur l'écologie territoriale. Ça fait un trio de femmes de choc, qu'il est opportun de promouvoir et de féliciter."

" Pourquoi ce feuilletonnage ?  "

 

Le ministre chargé des Collectivités territoriales est aussi revenu sur la démission de François de Rugy après les révélations de Mediapart. "Le temps de l'action politique est un temps à la sobriété dans la manière de se comporter", a-t-il concédé, avant de charger le site d'investigation, accusé de "faire de la politique" : "Pourquoi ce feuilletonnage ? Pourquoi ce goutte-à-goutte et ce supplice ? Soit Mediapart a toutes les informations et publie une grande enquête et fait une grande interview de François de Rugy, parce que la parole est à la défense, mais cet espèce de feuilletonnage a empêché François de Rugy de se défendre. Il était condamné à cette démission parce que ça lui permettait de se défendre."