Pour Les Républicains, miser sur les territoires "est certainement une idée qui peut avoir un avenir"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors que Les Républicains élisent leur nouveau chef dimanche, le politologue Pascal Perrineau estime, au micro d'Europe 1, que la droite républicaine peut trouver son salut dans l'ancrage territorial.
ANALYSE

Depuis samedi 20 heures, les 131.000 électeurs Les Républicains (LR) sont appelés à voter pour élire leur chef de parti. Qu'ils se déplacent dans un bureau de vote ou qu'ils le fassent en ligne, ils ont à choisir parmi Christian Jacob, Guillaume Larrivé et Julien Aubert jusqu'à dimanche, 20 heures.

Selon le politologue Pascal Perrineau, invité d'Europe 1 samedi soir, le parti de la rue de Vaugirard connaît de graves difficultés. "Dans certains milieux, Les Républicains ont disparu. C'est le cas chez les 35-49 ans, chez les employés ou chez les professions intermédiaires".

"Aux européennes, l'électorat LR a voté LREM"

Emmanuel Macron, qui tente de supplanter les partis traditionnels en se positionnant "au-dessus", a mené à l'explosion de la droite alors que la gauche est aussi en déperdition. "ll suffit de regarder les élections européennes de mai dernier", analyse Pascal Perrineau, "l'électorat LR a voté La République en Marche (LREM)".

La droite est prise en tenaille avec d'un côté la tentation de rejoindre LREM et de l'autre, celle de rallier le Rassemblement national (RN). Tout n'est pas perdu selon Pascal Perrineau. Pour lui, l'idée du président LR du Sénat, Gérard Larcher, de se tourner vers les territoires pour redorer le blason de la droite est une très bonne idée. Concrètement, Gérard Larcher veut proposer aux candidats investis par LR un label "La France des territoires" qui permettrait à ces candidats de se présenter sous l'étiquette "Divers droite".

"Le président et LREM n'ont pas convaincu sur l'ancrage territorial"

"Cette idée est pleine de bon sens. Là où le bât blesse chez Emmanuel Macron et ceux qui le soutiennent, c'est la question des territoires. Depuis 2017, le président et LREM n'ont pas convaincu sur l'ancrage territorial, le rôle des élus locaux, du département, de la région, des communes, des intercommunalités. Pour la droite républicaine, il reste là un combat à mener".

Il conclut : "Cette idée de se ressourcer dans les territoires, pour un parti qui a encore beaucoup d'élus locaux, est certainement une idée qui peut avoir un avenir". Pour la droite donc, au-delà du renouveau de ses personnalités politiques, il faut se pencher sur le renouveau des idées. Pour rappel, celui qui sera élu à la tête du parti ne sera pas présidentiable en 2022, selon une nouvelle règle interne aux Républicains.

Europe 1
Par Europe1.fr