Dons des grandes fortunes pour Notre-Dame : Alexis Corbière dénonce un nouveau jeu, "qui veut défiscaliser des millions ?"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le député La France insoumise, invité d'Audrey Crespo-Mara sur Europe 1, estime que les grandes fortunes devraient davantage contribuer à l’effort national, dont la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, via l'impôt plutôt que par des donations spontanées.
INTERVIEW

Après avoir fait un don de 100 millions d'euros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, François-Henri Pinault a finalement renoncé à la défiscalisation à hauteur de 60 millions d'euros prévue par la loi. "Pour quelle raison monsieur Pinault a compris qu'il fallait renoncer à la défiscalisation ? Parce qu'il y a dans ce pays des gens, des citoyens, qui ont été choqués", a estimé au micro d'Audrey Crespo-Mara, sur Europe 1, Alexis Corbière, député La France insoumise.

"C'est toujours bien de donner, mais il y a eu un côté indécent ressenti par beaucoup de Français après l'émotion du drame qui a frappé Notre-Dame de Paris", assure l'élu. "On a vu d'un seul coup, dans les heures suivantes, une espèce de Téléthon qui s'est transformé en 'Télé-Vuitton'. Et à la fin, on s'est demandé si ça n'était pas un nouveau jeu : 'Qui veut défiscaliser des millions ?'", ironise ce proche de Jean-Luc Mélenchon.

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Des millions d'euros qui sont "quasi peu de chose"

"Toutes ces immenses fortunes ont un problème avec le paiement de l'impôt. Nombre d'entre elles sont soupçonnées de pratiquer l'optimisation fiscale, voire l'évasion fiscale", tacle Alexis Corbière. Quelque 24 heures après la destruction de la toiture de Notre-Dame de Paris par les flammes, le cumul des dons pour sa reconstruction dépasse déjà le milliard d'euros, la moitié de cette somme ayant été promise par des grandes fortunes françaises.

Bernard Arnault, première fortune du pays, a ainsi promis un don à hauteur de 200 millions d'euros. "Bernard Arnault, 3e fortune mondiale [4ème selon le palmarès Forbes publié en mars, ndlr], représente aujourd'hui 77,2 milliards d'euros, et a vu l'année dernière sa fortune augmenter de 25 milliards d'euros. Le fait qu'il donne 200 millions d'euros, en vérité, est quasi peu de chose", balaye le député.

"Il y a une vertu dans ce drame : on s'est aperçu que certaines grandes fortunes, dont on nous disait qu'elles étaient en situation d'asphyxie fiscale, ont en vérité beaucoup d'argent si tôt qu'elles décident à quoi elles le donnent, en l'occurrence Notre-Dame", poursuit Alexis Corbière.

"Je ne suis pas pour ce système de mécénat privé ou les grands de ce monde décident pour quoi ils donnent leur argent, en fonction de leur volonté", explique-t-il. "Il faudrait les solliciter davantage avec l'impôt sur la grande fortune." "L'impôt est le seul outil qui définit l’intérêt général, sinon on bascule dans un autre système", conclut-il.