Démissions des maires : "Il faut que l'État respecte les élus de proximité"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pour les édiles, dont le nombre de démissions a doublé depuis 2014, "les choses sont devenues de plus en plus compliquées avec le temps", explique sur Europe 1 Vanik Berberian, président de l'association des maires ruraux de France.
INTERVIEW

"On n'est pas surpris de cette situation", commente Vanik Berberian, président de l'association des maires ruraux de France (AMRF). La statistique est pourtant impressionnante : selon un calcul de l'AFP, réalisé à partir du répertoire national des élus, le nombre de maires ayant quitté leur fonction depuis 2014 est en hausse de 55% par rapport à la précédente mandature. Une situation liée à la "lassitude" d'élus pas suffisamment soutenus par l'exécutif et dont les missions ne cessent d'évoluer, selon l'édile, invité d'Europe 1 lundi. 

"Paris et l'État décident à la place du territoire". "Les choses sont devenues de plus en plus compliquées avec le temps", explique Vanik Berberian, pour qui l'élection d'Emmanuel Macron a suscité des espoirs déçus chez les élus. "On pouvait espérer que les choses allaient changer et puis finalement non, on se rend compte que le monde nouveau qui nous était annoncé était tout à fait identique au précédent. Ça crée indubitablement une forme de lassitude", souffle-t-il.

"Ce qui ne change pas, c'est la manière dont Paris et l'État décident à la place du territoire", peste encore l'élu. Le président de l'AMRF cite l'exemple de la compétence eau et assainissement. "Toutes les associations d'élus et le Sénat également, toutes tendances confondues, demandaient à ce que ce soit une liberté de la commune de choisir si elle transfère ou non cette compétence à la communauté de commune", détaille-t-il. "Et puis l'Assemblée nationale a décidé que non, ce transfert devait être obligatoire, sans se soucier de savoir si ça pouvait être intéressant pour les communes et pour les citoyens."

"La notion d'intérêt général en perdition". Outre cette centralisation, "l'administration n'a pas fait d'effort de toilettage, les normes se sont additionnées aux normes, les moyens financiers sont moindres", énumère Vanik Berberian, maire de sa commune depuis 29 ans. "Notre société a également changé : on peut regretter une approche très individualiste des citoyens, la notion d'intérêt général est quelque chose qui est un peu en perdition. On demande au maire d'intervenir sur des choses qui ne sont pas de son ressort, des conflits de voisinage, ou même parfois des conflits de famille. On n'est pas préparé à ça."

"Quand vous mettez bout à bout toutes ces difficultés, toutes ces mutations, vous comprenez qu'aujourd'hui l'exercice est devenu particulièrement difficile", conclut l'édile, pour qui la proposition du député LREM Sylvain Maillard, qui a appelé sur Europe 1 à un "regroupement des communes et des services", ne résoudrait pas le problème. "Vous allez changer le périmètre et le nombre d'habitants mais la relation entre l'État et les élus restera problématique de toute façon", estime Vanik Berberian. "C'est une question de moyens et de considération : il faut que l'État et le gouvernement respectent les élus de proximité. Ce n'est pas à Paris avec une longue-vue que les choses doivent se décider, c'est sur le terrain. Les élus sont mandatés pour ça."