Crise au gouvernement : "Un gros remaniement paraît nécessaire"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
ANALYSE - Pour les spécialistes politiques Robert Namias et Régis Lefebvre, invités de Wendy Bouchard jeudi, Emmanuel Macron n'a d'autre choix que de remanier son gouvernement en profondeur pour tourner la page des crises successives.
LE TOUR DE LA QUESTION

Il y a d'abord eu la démission de Richard Ferrand, le 19 juin 2017, empêtré dans une affaire immobilière révélée par Le Canard enchaîné. Puis celles de trois ministres issus du MoDem, parmi lesquels François Bayrou, alors garde des Sceaux, le 21 juin de cette même année, après des accusations d'emplois fictifs au Parlement européen. Le 28 août dernier, c'était au tour de Nicolas Hulot, ministre d'État, de partir, claquant la porte avec grand fracas, en direct à la radio, las de ses désaccords sur l'écologie avec le président.

Quelques jours plus tard, c'est au tour de Laura Flessel, la ministre des Sports, de présenter sa démission, bientôt mise à mal par des démêlés avec le fisc, avant, donc, Gérard Collomb, dernier en date à quitter le navire mardi. 

Des "colmatages" inefficaces sur le long terme. "Ces mini-crises à répétition" devraient faire s'alarmer l'exécutif, estime le consultant en communication politique Régis Lefebvre, chez Wendy Bouchard, jeudi matin. "Je pense qu'il n'a pas d'autre solution que de proposer une nouvelle lecture pour relancer son quinquennat. Si l'on reste dans le colmatage, on aura une prochaine crise. Et de colmatage en colmatage, l'édifice ne tiendra plus du tout", analyse le spécialiste.

>> De 9h à 11h, c'est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l'émission ici

"Faire péter le puits pour arrêter l'incendie". "Je pense qu'il vaut mieux une stratégie à la Red Adair, ce pompier américain (spécialiste des incendies de puits pétroliers, ndlr). "Il considérait que lorsqu'il y avait des incendies dans les derricks, les colmatages ne fonctionnaient pas, et à un moment donné, il fallait mettre une bombe dans le puits pour le faire péter et arrêter l'incendie. Je pense qu'on en est là. Peut-être que je me trompe", avance Régis Lefebvre.

"L'échec total ou la relance". Estimant, comme le consultant en communication politique, que "l'atténuation des mini-crises n'a pas fonctionné" pour Emmanuel Macron, Robert Namias considère désormais que le président de la République n'a d'autre choix que de faire table rase. "Un gros remaniement parait nécessaire, et je pense qu'il va le faire. Il y a vraiment besoin d'un second souffle", juge-t-il. Et de conclure : "Emmanuel Macron ne peut se relancer qu'en montrant qu'il a compris qu'il y avait des codes. Il faut un remaniement qui ait du sens politique. Il y a des réformes à faire. Je pense que le quinquennat n'est pas du tout perdu, mais on est à un point d'équilibre où ça peut être l'échec total, ou au contraire la relance".

Europe 1
Par Anaïs Huet