Couac sur les aides annulées puis maintenues : "À la fin, ce qui compte ce sont les mesures", balaye Julien Denormandie

, modifié à
  • A
  • A
Julien Denormandie 1280 2:00
© Europe 1
Partagez sur :
Le ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a confirmé mercredi au micro d'Audrey Crespo-Mara, sur Europe 1, que le gouvernement maintiendrait les aides annoncées en novembre.
INTERVIEW

Le gouvernement est plongé dans le casse-tête du financement des gestes concédés par Emmanuel Macron pour apaiser la grogne des "gilets jaunes". Et les couacs s'accumulent… Matignon a ainsi annoncé mardi renoncer à des mesures d'aide décidées en novembre, au motif que certaines ne s'imposaient plus suite à l'annulation de la hausse des taxes sur les carburants. Mais trois heures plus tard… l'annulation était elle-même annulée. "Il n'y a pas du tout de cafouillage", a voulu balayer Julien Denormandie au micro d'Audrey Crespo-Mara, sur Europe 1.

"À la fin, ce qui compte ce sont les mesures", assure le ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement. "Aujourd'hui, on a pris des engagements : ils sont tenus, ils sont clairs, ils ont été réaffirmés", martèle-t-il.

 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Un coup de pouce aux smicards. Et de se lancer dans un plaidoyer des annonces faites par Emmanuel Macron le 10 décembre. "Ce qui va se passer, c'est qu'une personne qui vit au smic va avoir 100 euros net de plus par mois", rappelle-t-il. "Les personnes qui vont au-delà du smic […] bénéficieront aussi d'une prime d'activité et donc d'un gain net sur salaire", assure le responsable gouvernemental alors même que les conditions d'attribution de la prime d'activité, prenant en compte les ressources de l'ensemble du foyer, devraient priver 45 % des smicards de ce coup de pouce. "Ce qui importe c'est la notion de justice sociale", plaide Julien Denormandie. "Si dans un foyer vous avez une personne au smic et une autre qui gagne 5.000 ou 6.000 euros, vous avez alors un revenu pour votre foyer qui est bien plus important."

Il assure par ailleurs que cette prime sera versée début février, malgré les réserves de la Caisse nationale des affaires familiale. "Tout est mis en œuvre pour que ce soit le cas, et ce sera tenu".

Annulation de la hausse de la CSG. Concernant le maintien de la désindexation des retraites, Julien Denormandie estime qu'elle sera compensée par l'annulation de l'augmentation de la CSG. "Il y avait un choix à faire. Est-ce que l'on revenait sur la CSG ou sur cette désindexation ? Nous avons choisi de revenir sur la hausse de la CSG pour 70% des retraités", explique-t-il. Pour lui, l'ensemble des mesures annoncées va conduire à "un gain net de pouvoir d'achat, à la fois pour les travailleurs et les retraités. C'est ce qui était demandé par les 'gilets jaunes' et attendu par les Français. C'est ce que nous faisons", conclut-il.

Europe 1
Par Romain David