Les municipales, même les ministres y pensent

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
A neuf mois du scrutin, certains ministres, parfois issus de la société civile, songent très sérieusement à s’impliquer dans leur ville. Le gouvernement ne restera en tout cas pas les bras croisés pendant la campagne.

A neuf mois des municipales, la majorité peaufine ses candidatures. Et la tentation est grande chez certains ministres, très politiques, comme Gérald Darmanin, titulaire du portefeuille des Comptes publics et surtout ex-maire de Tourcoing, de retourner vers leur ville. Et même les ministres issus de la société civile y pensent.

"Ils sont nombreux à vouloir désormais s’implanter dans une ville"

"Pour continuer à faire de la politique durablement, il faut passer par les urnes", argumente ainsi Emmanuel Wargon, la secrétaire d’Etat à la Transition écologique. Cette ancienne de chez Danone jure que sa décision n’est pas encore prise. Mais selon les informations d’Europe 1, elle discute actuellement pour apparaître sur une liste dans le Val-de-Marne, où elle réside. 

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

A La République en Marche, on considère qu’une douzaine de ministres feront campagne pour les municipales. Beaucoup sont issus de la société civile, car comme le décrypte un cadre du mouvement, "ils sont nombreux à vouloir désormais s’implanter dans une ville".

"Ça sera plus difficile que ce que certains le croient"

"Il est normal que les ministres qui n’étaient pas politique recherchent un ancrage local", précise un membre de l’équipe gouvernementale. "Pour beaucoup, l’ascension au pouvoir a été très rapide grâce à Emmanuel Macron. Et avec le temps, ils ont pris goût à l’exercice", conclut ce conseiller.

Une chose est sûre : rien ne se fera sans l’accord du président de la République. Sachant que la route vers une ville ne sera pas simple. "Ça sera plus difficile que ce que certains le croient. L’investissement sur le terrain, ce sont des années de travail", prévient un proche du Premier ministre.

Europe 1
Par Jean-Rémi Baudot, édité par Rémi Duchemin