Avec son école à Lyon, Marion Maréchal ambitionne d'offrir une "alternative éducative"

, modifié à
  • A
  • A
Marion Maréchal se sait attendue au tournant avec son Issep.
Marion Maréchal se sait attendue au tournant avec son Issep. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
La nièce de Marine Le Pen se défend de tout "objectif politique" mais veut offrir une alternative à un "monde du supérieur sclérosé".

"Nous serons à la hauteur", promet-elle. L'Institut de sciences sociales, économiques et politiques (Issep), qui ouvrira prochainement à Lyon, se propose d'offrir une "alternative éducative" aux écoles traditionnelles de commerce et de sciences politiques, a affirmé vendredi sa directrice Marion Maréchal.

L'ouverture prévue en septembre. "L'objectif n'est pas politique mais d'offrir une alternative éducative dans un monde du supérieur sclérosé", a déclaré l'ancienne députée FN du Vaucluse lors d'une conférence de presse, pour laquelle deux journalistes se sont vu refuser une accréditation. "Nous allons étudier les grands courants dominants qu'ils soient économiques, politiques, et nous allons adjoindre à ça d'autres auteurs, d'autres courants de pensée et cela sera livré à la discrétion des étudiants. A eux de s'en emparer et de le traduire comme ils l'entendent", a ajouté Marion Maréchal, 28 ans.

L'Issep, association qui dispense des magistères non reconnus par l'État, doit ouvrir en septembre à Lyon. "Nous savons que nous sommes attendus au tournant et nous serons à la hauteur", a-t-elle assuré, après avoir détaillé les profils de certains membres du conseil scientifique de l'école, tous issus de l'extrême droite ou de la droite conservatrice. Selon elle, l'Issep a reçu "une soixantaine" de demandes de pré-inscription en magistère et 160 pour la formation continue.

"Former des courageux". Les candidats, de niveau requis Bac+3, sont issus des filières "droit, économie-gestion, géopolitique, hypokhâgne/khâgne, sciences politiques". Ils ont "tous le souhait d'un engagement politique futur", a dit celle qui a récemment abandonné le patronyme de sa mère, Le Pen. L'objectif est de "former des entreprenants, des ambitieux, des courageux", a pour sa part relevé le président honoraire de l'école, Patrick Libbrecht. Avec des promotions de trente élèves maximum par classe, cette formation, non reconnue par l'Etat, coûtera 5.590 euros par an en master et 1.190 euros pour la formation continue.