Réchauffement climatique : le rôle pédagogique essentiel des présentateurs météo

, modifié à
  • A
  • A
La présentatrice Evelyne Dhéliat estime être la première à avoir ponctué ses bulletins météo d'informations sur le réchauffement climatique (photo d'archives).
La présentatrice Evelyne Dhéliat estime être la première à avoir ponctué ses bulletins météo d'informations sur le réchauffement climatique (photo d'archives). © Berzane Nasser/ABACA
Partagez sur :
Entre deux annonces de température, les présentateurs météo, qui participent ce mardi au Forum international de la météo et du climat, glissent depuis des années des éléments de sensibilisation au réchauffement climatique. "C'est dans ces bulletins que l'idée est entrée petit à petit dans la tête des gens", estime Evelyne Dhéliat au micro d'Europe 1. 

Tous les relais sont bons pour sensibiliser le grand public au réchauffement climatique. Et depuis des années, les scientifiques en ont trouvé un de premier choix : les présentateurs météo des chaînes télévisées. Au côté des climatologues, ces hommes et femmes de télévision, qui mettent leur capital sympathie au service de la pédagogie environnementale, participent ce mardi au Forum international de la météo et du climat. 

"Ce qui se passe en ce moment est rare"

"Les premiers signaux du dérèglement climatique, on les ressent, et c'est à nous d'en faire part", estime au micro d'Europe 1 Laurent Romejko, présentateur météo sur France 3. "On a ce rôle de dire : 'ce qui se passe en ce moment est rare, ce n'est jamais arrivé ou ça arrive une fois tous les 50 ans ou tous les siècles, et là c'est arrivé trois fois en cinq ans…' C'est un signe fort que la machine se dérègle. C'est le message que l'on fait passer et je pense qu'il est entendu."

Sur TF1, Evelyne Dhéliat, présentatrice météo depuis 1992, estime être la première à avoir ponctué ses bulletins météo d'informations sur le réchauffement climatique. "Je sais qu'au début, ça a été très difficile pour les téléspectateurs de comprendre, parce que quand je leur disais 'on a 5-6 degrés de différence en l'espace de 24 heures et il va y avoir 2-3 degrés en l'espace d'un siècle', c'était très difficile pour eux", se souvient-elle au micro d'Europe 1. 

Les premières images de la fonte de la calotte glaciaire

Mais "c'est à l'intérieur de ces bulletins que l'idée de ce réchauffement est entrée petit à petit dans l'esprit des gens", se félicite la présentatrice. C'est aussi dans ces programmes courts que beaucoup de Français ont vu, pour la première fois, des images de la fonte de la calotte glaciaire en Arctique ou de la déforestation en Amazonie. 

Europe 1
Par Virginie Salmen, édité par Margaux Lannuzel