"On déménage ici, rue des Cévennes, pour réinventer Europe 1"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Après 63 ans d'info, de points de vue et d'humour, Europe 1 quitte son siège historique pour rejoindre un nouveau bâtiment. Au cours de la 22.958e matinale, vendredi, Laurent Guimier, vice-président d'Europe 1, vous souhaite la bienvenue dans nos nouveaux locaux.

C'est un grand jour pour Europe 1. Toutes les équipes de la radio déménagent du siège historique de la station, situé rue François Ier à Paris, pour de nouveaux locaux, rue des Cévennes, dans le 15e arrondissement. À l'aube de ce moment émouvant, Laurent Guimier, vice-président d'Europe 1, décrit ce nouvel espace, ses bonnes ondes, mais aussi ses propres souvenirs, au micro de Nikos Aliagas, vendredi.

"On déménage ici, rue des Cévennes, pour réinventer Europe 1"

"Lundi, on sera dans le nouveau studio Jean-Luc Lagardère. Je m'y trouve en ce moment-même. Le studio a évidemment gardé son nom, mais il est un peu plus moderne, un peu plus spacieux. On est dans ce grand immeuble de 14.000 m², ce grand paquebot tout blanc d'acier et de verre, qui va faire notre fierté et le bonheur des équipes d'Europe 1 à partir de ce week-end", raconte le vice-président d'Europe 1. 

Un énorme défi. Un tel déménagement implique forcément beaucoup d'énergie. "C'est un énorme défi. C'est deux ans de travaux. Représentez-vous bien : il y a dix studios, 28 cabines de production et de montage. 860 personnes ont déménagé : les journalistes, les animateurs, les personnels de production, les personnels administratifs. Tous ceux que vous n'entendez pas et qui nous permettent de parler aux auditeurs ce matin", a expliqué Laurent Guimier. Sans parler des "copains de Virgin radio, de RFM, du Journal du dimanche qui sont aussi arrivés".

Entendu sur europe1 :
On emmène avec nous nos idées, nos archives, nos grandes voix, notre énergie vitale, notre histoire

"Le son qui sort de ces studios est de très bonne qualité". "On emmène avec nous nos idées, nos archives, nos grandes voix, notre énergie vitale, notre histoire", poursuit celui qui est entré à Europe 1 rue François 1er "le 18 juillet 1994 avec [s]on Nagra et un minitel". Laurent Guimier se satisfait également de la qualité des infrastructures dans les nouveaux locaux de la station. "On a de nouveaux systèmes de diffusion qui vont nous permettre d'être plus efficaces, plus réactifs, et de produire encore davantage que ce qu'on fait aujourd'hui. Nous avons bien sûr la radio, mais aussi les podcasts, Internet, et tous ces sons qui vont arriver dans nos voitures et nos maisons", énumère-t-il.

"Et je pense qu'on est plutôt bien armés pour ce grand défi, tous ensemble. Ça fait trente ans que je fais de la radio, j'aime bien flairer, sentir les ondes. Et ici, elles sont très bonnes. Le son qui sort de ces studios est de très bonne qualité".

"Nous n'allons pas pleurer, ou si peu". Ce soir, je vais fermer la porte au nom de tout le monde. On ne va pas pleurer, ou si peu, parce que je crois que l'on sait où nous allons. Et ça, c'est le plus important quand on déménage.  On déménage ici, rue des Cévennes, pour réinventer Europe 1".