Mort de Patrick Lelay : Claire Chazal salue un homme "franc" et "très intelligent"

  • A
  • A
Claire Chazal 3:50
Claire Chazal a présenté les journaux du week-end sur TF1 de 1991 à 2015. © Europe 1
Partagez sur :
Au micro d’Europe 1, Claire Chazal a réagi jeudi à la disparition de Patrick Le Lay, l’ancien PDG de TF1, qui lui a notamment permis de prendre la présentation des journaux du week-end à partir de 1991, poste qu’elle a occupé jusqu’en 2015. "C'est lui qui est venu me chercher", a-t-elle raconté. 
INTERVIEW

Patrick Le Lay, 77 ans, ex-PDG de TF1 entre 1988 et 2008 est mort mercredi des suites d’une longue maladie. Il aura été l’une des personnalités marquantes du monde de la télé des années 1990 et 2000. C’est à lui et son acolyte Etienne Mougeotte que l'on doit l’avènement de TF1 et la construction de la chaîne la plus puissante d’Europe. Et c'est sous son "ère" que Claire Chazal a intégré la première chaîne, en 1991, pour s’installer dans le fauteuil de présentatrice du journal du week-end, poste qu’elle a conservé pendant 24 ans.

"Un homme rude" à l'autorité "naturelle"

"C’est lui qui est venu me chercher. J’étais sur Antenne 2 à l’époque, je présentais les journaux de la nuit. C’était un moment très dense, avec la première guerre du Golfe, c’est peut-être ça qui fait qu’il m’a remarquée", raconte la journaliste au micro d’Europe 1. "J’ai signé avec Francis Bouygues (qui a racheté TF1 en 1987, ndlr), c’était solennel et très important pour moi."

Patrick Le Lay a pu être décrit comme un homme autoritaire, et particulièrement exigeant avec ses équipes. "C’était un homme rude, qui avait une autorité naturelle parce que très intelligent et tendu vers des objectifs. Avec Etienne Mougeotte, il formait un tandem assez exceptionnel dans cette univers audiovisuel", explique Claire Chazal.

"Nous avons porté  TF1 très haut"

"C’était un homme franc, on a eu pas mal d’engueulades. Je pense qu’il regardait les journaux avec beaucoup d’attention et parfois ça pouvait ne pas lui convenir", poursuit celle qui présente désormais Passage des arts sur France 5. "Mais ni lui, ni Francis Bouygues ne sont jamais intervenus dans la construction des journaux. Nous avons pu travailler dans une grande indépendance, une grande autonomie, mais sous son magistère."

Elle salue encore la longévité de Patrick Le Lay à la tête de TF1, "unique dans l’histoire des médias". "Nous avons porté TF1 très haut, j’y ai vécu quelques-unes de mes plus belles années professionnelles", conclut-elle.

Europe 1
Par Cyril Lacarrière, édité par Romain David