Cette nuit incroyable où les pompiers ont sauvé les trésors de Notre-Dame

  • A
  • A
Partagez sur :
Les pompiers sont les héros de l'incendie de Notre-Dame, survenu le 15 avril dernier. David Pujadas, producteur de La bataille de Notre-Dame, diffusé sur TF1 ce samedi 14 décembre, à 13h30, était l'invité de Philippe Vandel dans Culture-médias pour témoigner de leur rôle crucial durant cette nuit.
RÉCIT

Ils étaient 650 pompiers, mobilisés contre l'incendie de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, le 15 avril dernier. Conscients des dangers de leurs opérations et de la valeur inestimable du bâtiment qu'ils avaient à sauver ils ont pris les risques nécessaires pour que Notre-Dame demeure debout. C'est ce qu'a raconté, ce vendredi, au micro de Philippe Vandel, sur Europe 1, David Pujadas, producteur de La bataille de Notre-Dame, un documentaire sur la nuit de l'incendie, diffusé samedi 14 décembre à 13h30 sur TF1.

Le drame a été évité de peu pour les pompiers en opération. "La flèche, en tombant, créée un effet de souffle, qui va fermer les deux majestueuses portes de Notre-Dame; qui donnent sur le parvis. Vingt pompiers se trouvent à l'intérieur, enfermés, et c'est le brasier. Tous les pompiers croient qu'ils sont perdus, car on ne peut pas aller les secourir. Donc ils vont former comme un pack de rugby et ils vont enfoncer la porte pour retrouver leurs camarades à l'intérieur, qui miracle, sont tous vivants", raconte David Pujadas.  

L'un des autres pompiers qui s'est illustré dans l'incendie de Notre-Dame, c'est le lieutenant Alexis, qui est monté dans le beffroi nord. Le plancher s'effondre pendant qu'il est en opération. "Il s'écroule, il croit son dernier jour arrivé, sauf qu'il est retenu in extremis, par sa bonbonne d'oxygène calée dans son dos, qui empêche cette chute qui aurait sans doute été fatale", détaille l'animateur. Il remonte à la force des bras et il continue son opération. Le producteur demeure impressionné par le calme du témoignage : "Ce qui est extraordinaire, c'est que les pompiers, pour nous ce sont des héros, mais ils vous racontent ça comme si c'était leur quotidien."

"La première bonne nouvelle de la soirée pour les pompiers : ils ont réussi à sauver le trésor"

L'autre sauvetage extraordinaire de la soirée, c'est celui du trésor de Notre-Dame, ses trois reliques : un morceau de la croix du Christ,un clou de la crucifixion et surtout la couronne d'épines. "Six pompiers entrent dans le sillage d'un robot" pour trouver le coffre-fort. Mais un seul homme a la clé, le régisseur de Notre-Dame.

La clé, c'est une clé à code, plusieurs clics sur différentes serrures sont nécessaires pour débloquer le coffre. Encore faut-il se souvenir du code, comme le raconte le régisseur dans le reportage : "Je mets la clé dans la deuxième serrure et là, trou de mémoire. Je téléphone à mon collègue mais les téléphones ne passaient pas, j'ai envoyé un SMS pour demander le code, et quatre minutes passent, avant qu'il réponde. Je fais le code, le coffre s'ouvre, je prends les trois reliques et on repart avec le petit groupe de pompiers vers la sacristie." 

Un trésor inestimable sauvé et une victoire symbolique pour les pompiers, rapporte David Pujadas : "C'est la première bonne nouvelle de cette soirée là pour les pompiers, ils ont réussi à sauver le trésor, mais ils n'ont pas le temps de se réjouir car immédiatement derrière ça va continuer". "La récompense" pour ces pompiers à la fin de l'opération : Monter en haut des tours, une fois le bâtiment sécurisé, pour contempler ce qu'il venait de sauver. 

Ces images, tournées par l'Elysée et les pompiers, ainsi que ces témoignages inédits sont à retrouver, ce samedi 14 décembre, à 13h30, sur TF1, dans le reportage La bataille de Notre-Dame, d'Emilie Lançon, produit par Particules productions.

Europe 1
Par Guilhem Dedoyard