France Télévisions va négocier un plan de départs avec les syndicats

, modifié à
  • A
  • A
France Télévisions s'est engagé depuis plusieurs années dans un plan de réductions des dépenses.
France Télévisions s'est engagé depuis plusieurs années dans un plan de réductions des dépenses. © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Le groupe souhaite renouveler ses effectifs, en recrutant notamment des "profils plus jeunes et numériques". 

France Télévisions va négocier un plan de départs qui ne comportera "pas de départs contraints" afin de réduire et renouveler ses effectifs, a annoncé une source proche du dossier mercredi, une information confirmée par la direction du groupe.

Devant le comité social et économique de France Télévisions, sa présidente Delphine Ernotte a annoncé qu'un projet de rupture conventionnelle collective, dont l'ampleur n'a pas été précisée, serait négocié avec les syndicats.

Les négociations pourraient débuter en janvier. "Il n'y aura aucun départ contraint", a précisé Arnaud Lesaunier, directeur général délégué Ressources humaines et organisation de France Télévisions. "Le plan accompagnera majoritairement des départs à la retraite" et "sera accompagné de mesures facilitant la mobilité interne", a-t-il souligné. Les négociations avec les organisations représentatives pourraient débuter dès la première semaine de janvier.

Ce plan de départs participe au plan de réduction de dépenses dans lequel s'est engagé France Télévisions depuis plusieurs années. Le groupe, qui avait réduit ses effectifs de 800 postes depuis 2012 (dans le cadre d'une politique de non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux) avait déjà annoncé la suppression de 180 postes à la faveur de départs en retraite, sur près de 10.000 salariés.

"On a un vrai besoin de mixité générationnelle et de recomposition des équipes", a indiqué le DG délégué. Ce plan de départs "permettra le recrutement de profils plus jeunes et numériques, et l'intégration de collaborateurs non permanents", a-t-il assuré.

Les syndicats dénoncent une "restructuration de grande ampleur". Les représentants des salariés sont immédiatement montés au créneau dans un communiqué, face à ce qu'ils qualifient de "restructuration de grande ampleur".

Les syndicats CGT, CFDT, FO et SNJ "refusent un nouveau plan de suppression de postes, s'ajoutant à ceux en cours, au moment où le service public est confronté à des enjeux historiques de développement sur le numérique et de maillage des territoires". Les organisations syndicales dénoncent notamment un "chantage de la direction qui laisse entendre qu'à défaut d'accord collectif, les départs se poursuivraient sans accompagnement".

50% des effectifs ont 50 ans ou plus. La moyenne d'âge des salariés de France Télévisions, tous métiers confondus, est de 49 ans, et 50% des effectifs ont 50 ans ou plus. Moins de 3% de l'effectif a moins de 30 ans.

Le gouvernement a demandé au groupe un effort d'économies qui avoisinera les 400 millions d'euros d'ici 2022 et passera également par la suppression de la TNT de France 4 et France Ô. L'effort représente cette année environ 50 millions d'euros sur un budget de 2,8 milliards d'euros.