Comment "La Carte aux trésors" limite l'impact environnemental de ses hélicoptères

  • A
  • A
"La carte aux trésors" se déroule en Corse, mercredi soir. 1:09
"La carte aux trésors" se déroule en Corse, mercredi soir. © Capture d'écran France 3
Partagez sur :
Invité de "Culture Médias", mercredi sur Europe 1, l'animateur Cyril Féraud explique comment l'émission "La Carte aux trésors", dont la nouvelle saison débute mercredi soir sur France 3, limite le recours aux hélicoptères et compense leurs émissions carbone. 
INTERVIEW

La Carte aux trésors veut évoluer avec son époque. L'émission de France 3, vieille d'une trentaine d'années, continue d'avoir recours à des hélicoptères mais ne néglige pas l'urgence climatique, a assuré mercredi l'animateur Cyril Féraud, invité de Pascale Clark dans Culture Médias, sur Europe 1. 

"La seule façon de filmer la France vue du ciel"

"On ne se dit pas : on va prendre des hélicos gratuitement", assure Cyril Féraud. "Mais c'est la seule machine qui permet de déplacer des candidats très vite sur un territoire donné avec un chrono, c'est le concept de l'émission", à savoir une course entre deux candidats devant résoudre quatre énigmes le plus rapidement possible, défend-il. "Et surtout, c'est, encore aujourd'hui, la seule façon de filmer la France vue du ciel." Mercredi soir, c'est au-dessus de la Corse que les téléspectateurs pourront voyager sur France 3. 

Le plus souvent possible, l'émission a toutefois recours à un drone pour être plus respectueuse de l'environnement. "On l'utilise sur les plateaux qui ne méritent pas d'être très, très hauts. Mais ça ne peut pas aller à n'importe quelle hauteur et ça n'est pas autorisé partout", pointe Cyril Féraud. 

Un partenariat pour replanter des arbres

Lorsque l'équipe n'a pas d'autre solution que de recourir à un hélicoptère, son usage est limité au minimum, selon Cyril Féraud. "On ne tourne pas La Carte aux trésors comme on la tournait il y a quinze ans", affirme-t-il. "Quand les candidats réfléchissent à leur énigme dans leur hélico, tout est éteint. C'est uniquement quand ils choisissent leur première destination qu'on allume l'hélico, et qu'il se pose de l'autre côté."

Et pour ces trajets, "on compense les émissions carbone de tous les hélicos sur le tournage", souligne l'animateur. "On s'est associés à une entreprise qui s'appelle Reforest'Action, qui replante des arbres dans les zones où ils souffrent."

Europe 1
Par Margaux Lannuzel