Washington sous très haute sécurité pour un rassemblement de néonazis

  • A
  • A
Pour accéder au lieu du rassemblement,les sympathisants néonazis ont été escortés par les policiers. © Nicholas Kamm / AFP
Partagez sur :

Un rassemblement sous haute surveillance avait lieu dimanche à Washington, un an après les incidents meurtriers de Charlottesville.

La police américaine a placé dimanche sous très haute sécurité les environs de la Maison-Blanche, où ont commencé à se rassembler un petit groupe de sympathisants néonazis et des centaines de contre-manifestants un an après les incidents meurtriers de Charlottesville, symbole d'une extrême droite décomplexée sous Donald Trump.

Les néonazis escortés par la police. Une vingtaine de suprémacistes blancs sont arrivés dans l'après-midi dans une station de métro du centre de Washington. Parmi eux figuraient Jason Kessler, organisateur de l'événement et déjà à l'origine du rassemblement de l'an dernier à Charlottesville. Les manifestants ont été accueillis par au moins 300 militants antiracistes qui leur ont crié "Honte à vous" et "Partez de ma ville". Escortés par de nombreux policiers, les sympathisants néonazis ont ensuite fait route vers le lieu prévu du rassemblement.

L'organisation informelle "Unite the Right", qui était à l'origine du rassemblement de Charlottesville, en Virginie, a reçu l'autorisation de réunir 400 personnes dans le square Lafayette, devant la résidence présidentielle, à partir de 17h30 (23h30 heure française) et durant deux heures seulement. Unite the Right a dit à ses partisans de ne ramener que des drapeaux américains ou confédérés, et de ne pas répondre "avec colère" aux "provocations". 

Armes à feu interdites. Pour empêcher tout contact entre manifestants et contre-manifestants, un important dispositif policier a été mis en place, avec plusieurs artères interdites à la circulation. Les armes à feu ont été interdites sur les lieux de la manifestation, même pour les personnes ayant des permis.

 

"Non aux nazis". Des centaines de contre-manifestants, dont des antifas, avaient commencé à se rassembler dès le début d'après-midi, brandissant notamment des pancartes disant "Non aux nazis, non au Ku Klux Klan, non à une Amérique fasciste".

Important dispositif à Charlottesville aussi. À Charlottesville, même si aucune manifestation n'a été autorisée, les autorités ont pris d'importantes mesures de sécurité, après avoir été débordées lors des heurts du 12 août 2017.