Vatican : la nomination d'une femme à la Secrétairerie d'Etat, "signe d'une réforme de la curie"

, modifié à
  • A
  • A
Le pape François a nommé l'italienne Francesca di Giovanni à la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège. 2:29
Le pape François a nommé l'italienne Francesca di Giovanni à la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège. © TIZIANA FABI / AFP
Partagez sur :
Le pape François a nommé vice-ministre à la Secrétairerie d’Etat Francesca di Giovanni, une femme laïque, mercredi 15 janvier. Une décision qui fera date, comme l'explique Antoine-Marie Izoard, le directeur de la rédaction de Famille Chrétienne et ancien correspondant au Vatican sur Europe 1.
INTERVIEW

Une première pour une femme, qui plus est laïque. Le pape François a nommé mercredi 15 janvier l'italienne Francesca di Giovanni sous-secrétaire à la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, un poste équivalent à celui d’un ministre des affaires étrangères au Vatican. Antoine-Marie Izoard, directeur de la rédaction de Famille Chrétienne et ancien correspondant au Vatican, analyse sur Europe 1 ce que signifie ce choix. 

"Il ne faut pas non plus imaginer un raz-de-marée féminin et laïque au Vatican. Mais ce qui est inédit, c’est l’arrivée d'une femme à un poste à responsabilités au sein de cette Secrétairerie d’Etat, qui est un peu comme Matignon, adjoint au ministère de l’intérieur et celui des Affaires étrangères. Donc c’est important !", précise Antoine-Marie Izoard. La Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège est en effet le plus haut "dicastère" (ministère du Vatican). 

"Là par compétences"

"C’est surtout le signe précurseur d’une réforme de la curie, sur laquelle le pape travaille depuis son élection, soit depuis sept ans. Il a presque été élu pour cela", rappelle le directeur de la rédaction de Famille Chrétienne. Selon lui, des femmes, des laïques (hommes ou femmes) pourraient donc être nommés dans les mois qui viennent, "avec cette nouvelle constitution apostolique que prépare le pape François". 

La nomination de Francesca di Giovanni n'aurait d'ailleurs pas provoqué de tensions. "Elle travaillait là depuis 27 ans, était experte des questions multilatérales... Elle est arrivée là par compétences, et non parce qu’elle est une femme." Née à Palerme en 1953, Francesca di Giovanni est diplômée en droit.

Europe 1
Par Séverine Mermilliod