UE : une "vive discussion" sur les quotas de réfugiés, toujours sans issue

, modifié à
  • A
  • A
Salle du Conseil européen, crédit : LUDOVIC MARIN / AFP - 1280
Les 28 ne sont pas parvenus à trouver un accord sur l'accueil des réfugiés © LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
Aucune conclusion écrite n'a été produite à l'issue du dîner de travail sur les quotas d'accueil de réfugiés jeudi soir, chaque camp campant sur ses positions.

Les 28 ont eu une "vive discussion" jeudi sur les quotas d'accueil de réfugiés, qui n'a pas permis de sortir l'UE de l'impasse sur cette mesure controversée, à l'origine de tensions jusqu'au cœur des institutions européennes.

Pas de conclusions écrites. Le débat a eu lieu pendant plus de deux heures lors d'un dîner à huis clos entre les dirigeants des pays de l'UE, et n'a pas fait pas l'objet de conclusions écrites, à l'issue de la première journée d'un sommet réuni à Bruxelles.

"Les points de vue des uns et des autres n'ont pas changé", a expliqué la chancelière allemande Angela Merkel, constatant qu'il faudrait "continuer à travailler" d'ici juin prochain, date butoir fixée par les 28 pour débloquer la réforme enlisée depuis des mois des règles européennes de l'asile.

Deux visions différentes. D'un côté, les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Slovaquie, Pologne, République tchèque) se disent prêts à montrer leur solidarité financière aux pays en première ligne face aux arrivées de migrants comme l'Italie, mais excluent d'accueillir des demandeurs d'asile entrés dans l'UE par la Méditerranée. De l'autre, un groupe de pays, menés par Berlin, acceptent que la solidarité puisse s'exprimer de différentes manières, mais insistent pour qu'aucun pays ne puisse s'exonérer d'un partage de l'accueil. 

"Chacun doit y mettre du sien". Le Premier ministre slovaque Robert Fico a annoncé avec les pays de Visegrad une aide de 35 millions d'euros en soutien des actions de l'Italie pour gérer les migrations en Libye. Une aide saluée par le Premier ministre italien Paolo Gentiloni. "Mais cela ne change rien aux divergences sur les relocalisations des réfugiés", a-t-il ajouté. "Nous en discuterons ce soir, sans les résoudre", s'est-il résigné.

Angela Merkel a appuyé ce constat, jugeant que la solidarité ne pouvait se limiter à la politique migratoire externe de l'UE. "Il ne peut pas y avoir, selon ma conception des choses, de solidarité sélective entre États membres", a-t-elle insisté. "Chacun doit mettre du sien", a renchéri le président français Emmanuel Macron, saluant les gestes de "bonne volonté" des pays de Visegrad mais estimant que "ça ne résoud pas tout".

Les quotas de répartition en arrière-plan. En toile de fond se joue la réforme en chantier du "règlement Dublin", qui confie la responsabilité du traitement d'une demande d'asile presque systématiquement aux pays de première entrée dans l'UE, sur lesquels pèse un fardeau démesuré en situation de crise. Les pays de l'UE avaient fait une exception en 2015, en adoptant un plan de répartition en deux ans de 160.000 demandeurs d'asile depuis l'Italie et la Grèce, dont 120.000 selon des quotas obligatoires. Mais seulement 32.000 ont été effectivement "relocalisés", en partie en raison du refus catégorique de plusieurs pays de l'Est de l'appliquer.

La Commission européenne, qui avait proposé ce plan arrivé à échéance fin septembre 2017, a renvoyé la semaine dernière Budapest, Varsovie et Prague devant la justice de l'UE pour son refus de le mettre en oeuvre. Surtout, elle n'a pas renoncé à l'idée de nouvelles mesures de "relocalisations" obligatoires dans le cadre de la réforme en chantier de l'asile, même si elles ne seraient déclenchées qu'en situation exceptionnelle dans ses propositions.