Trump à l'ONU : "Si les États-Unis sont menacés, nous n'aurons pas d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord"

, modifié à
  • A
  • A
Donald Trump s'est exprimé avec vigueur, mardi après-midi, à l'Assemblée générale des Nations unies.
Donald Trump s'est exprimé avec vigueur, mardi après-midi, à l'Assemblée générale des Nations unies. © AFP
Partagez sur :
À l'ONU, le président américain a menacé de "détruire totalement" la Corée du Nord si les États-Unis "étaient menacés".

Les États-Unis "n'auront pas d'autres choix que de détruire totalement" la Corée du Nord si son gouvernement ne renonce pas à ses ambitions nucléaires, a averti mardi Donald Trump dans son premier discours devant l'Assemblée générale de l'ONU. "'Rocket man' court à sa perte et à celle de son régime", a poursuivi le président américain, évoquant le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Les États-Unis, "prêts et disposés" à répondre militairement. "Les États-Unis sont très forts et patients, mais s'ils sont obligés de se défendre ou de défendre leurs alliés, nous n'aurons d'autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord", a prévenu le président américain. "Les États-Unis sont prêts, disposés et en mesure" de répondre militairement à Pyongyang, "mais espérons que cela ne sera pas nécessaire", a-t-il ajouté.

Le locataire de Maison-Blanche, dont les propos ont été accueillis par des murmures, a en outre invité ses pairs à contribuer à l'isolement de Pyongyang et à l'amener à renoncer à son comportement "hostile". 

Pour Trump, l'ONU doit gérer ce type de crise. Donald Trump a mis en garde les États "qui non seulement auraient des échanges commerciaux avec un tel régime, mais fourniraient aussi des armes et un soutien financier à un pays qui risque de faire plonger le monde dans un conflit nucléaire".  Il a estimé que c'était "tout le rôle" de l'ONU de gérer ce type de crises, saluant la récente adoption unanime de sanctions de plus en plus fermes contre la Corée du Nord et remerciant la Russie et la Chine qui ont donné leur aval malgré leur soutien à Pyongyang.