Thaïlande : les enfants de la grotte au temple après leur sortie de l'hôpital

  • A
  • A
Les enfants ont notamment rendu hommage au plongeur mort en tentant de les sauver.
Les enfants ont notamment rendu hommage au plongeur mort en tentant de les sauver. © Krit PHROMSAKLA NA SAKOLNAKORN / THAI NEWS PIX / AFP
Partagez sur :
Les autorités thaïlandaises ont demandé aux médias de ne pas importuner les enfants pendant un mois. Ceux-ci doivent reprendre au plus vite une vie normale, retourner à l'école, préconisent les psychiatres.

Les enfants et leur entraîneur de football coincés deux semaines dans une grotte de Thaïlande se sont rendus jeudi dans un temple bouddhiste, pour une série de rituels censés leur porter bonheur. Ils se sont vu mettre des cordelettes blanches sur la tête, pour leur porter chance, selon les rituels bouddhistes. Ils ont aussi rendu hommage au plongeur thaïlandais mort pendant la difficile opération de secours lors de cette cérémonie menée au temple Pha That Doi Wao, à la frontière avec la Birmanie.

Retour à une vie normale. Après cette deuxième apparition publique, les autorités thaïlandaises ont demandé aux médias de ne pas importuner les enfants pendant un mois. Ceux-ci doivent reprendre au plus vite une vie normale, retourner à l'école, préconisent les psychiatres. Mais jeudi, ils devaient rester avec leurs familles. Le groupe de 13 rescapés, sorti mercredi soir de l'hôpital, a décrit lors d'une conférence de presse comment il avait survécu, à boire l'eau sur les parois de la grotte, pendant neuf jours sans contact avec l'extérieur.

Surpris par la mousson. L'équipe de football des "Sangliers sauvages" était restée bloquée, à partir du 23 juin et pour certains jusqu'au 10 juillet, dans la grotte de Tham Luang, une des plus grandes de Thaïlande. Ils avaient été découverts par des plongeurs britanniques au bout de neuf jours, à quatre kilomètres de l'entrée, sur un promontoire rocheux, prisonniers des eaux montées soudain en raison des pluies de mousson. Plus d'un millier de secouristes - et autant de journalistes - avaient été mobilisés autour de cette opération de secours internationale hors norme.