Tanzanie : le bilan du naufrage sur le lac Victoria s'alourdit, 151 morts

, modifié à
  • A
  • A
De précédentes tragédies dans cette région des Grands Lacs ont le plus souvent été imputées à des embarcations surchargées. (Illustration)
De précédentes tragédies dans cette région des Grands Lacs ont le plus souvent été imputées à des embarcations surchargées. (Illustration) © Capture d'écran Google Map
Partagez sur :
Des témoins ont rapporté qu'environ 200 personnes se trouvaient à bord de ce ferry, d'une capacité limitée à 100 passagers, et qui s'est retourné jeudi après-midi.

Au moins 151 personnes ont péri dans le naufrage jeudi d'un ferry en Tanzanie, dans le sud du lac Victoria. Le bilan du naufrage du ferry MV Nyerere s'est alourdi pour atteindre 151 victimes samedi, au troisième jour des opérations de recherches, a annoncé la télévision publique TBC. Le précédent bilan faisait état de 131 morts. Le président a également décrété quatre jours de deuil national, et ordonné l'arrestation des opérateurs du ferry. 

Le pape François a exprimé sa solidarité. Des témoins ont rapporté à la télévision publique qu'environ 200 passagers se trouvaient à bord du ferry, d'une capacité de 100 personnes, mais le gouverneur de la région de Mwanza, John Mongella, a indiqué ne pas être en mesure de confirmer ce nombre. Les registres des passagers sont le plus souvent lacunaires sur les navires sillonnant le plus grand lac d'Afrique.

"C'est un coup très dur. C'est une terrible nouvelle pour nous tous et pour la nation entière", a déclaré le gouverneur Mongella. Dans un communiqué, le pape François a "exprimé sa solidarité la plus sincère envers ceux qui ont été endeuillés par la perte de leurs proches et ceux qui craignent pour la vie des personnes encore disparues".

De précédentes tragédies similaires. Les causes de l'accident n'étaient pas établies vendredi mais de précédentes tragédies dans cette région des Grands Lacs ont le plus souvent été imputées à des embarcations surchargées et au fait que la plupart des passagers ne savent pas nager. De fait, plusieurs témoins ont rapporté qu'à l'approche de l'île d'Ukara, des passagers se sont déplacés vers l'avant du navire pour se préparer à débarquer.

Ce mouvement aurait déséquilibré le bateau, qui s'est alors retourné. Outre ses passagers, le MV Nyerere, exploité par l'Agence tanzanienne des services électriques et mécaniques, transportait également des marchandises lorsqu'il a chaviré.