Syrie : reprise des bombardements sur la dernière poche djihadiste

  • A
  • A
Les bombardements ont repris sur le front de Baghouz.
Les bombardements ont repris sur le front de Baghouz. © GIUSEPPE CACACE / AFP
Partagez sur :
Après deux jours de pause, les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les avions d'une coalition internationale emmenée par les États-Unis, ont frappé de nouveau les djihadistes sur le front de Baghouz.

Les bombardements à l'artillerie et aériens ont repris vendredi contre les derniers combattants du groupe État islamique (EI) acculés au bord du fleuve Euphrate en Syrie, selon l'alliance arabo-kurde engagée dans l'ultime bataille contre l'organisation djihadiste.

Après deux jours de pause, les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les avions d'une coalition internationale emmenée par les États-Unis, ont frappé de nouveau les djihadistes sur le front de Baghouz, dans la province de Deir Ezzor dans l'est de la Syrie, près de la frontière irakienne. Ces dernières 48 heures, les FDS ont procédé à des ratissages et ont consolidé les positions prises aux djihadistes qui ont été poussés dans un petit bout de terre aux limites de Baghouz, au bord du fleuve Euphrate.

"Une bataille rude". Selon un communiqué des FDS, les avions de la coalition ont repris les frappes sur les positions djihadistes aux premières heures de vendredi et les forces arabo-kurdes sont engagées dans les combats au sol contre l'EI. "L'opération pour libérer complètement Baghouz est en cours", a indiqué le service des médias de la coalition internationale. "Cela reste une bataille rude et Daech montre qu'il a l'intention de continuer à se battre le plus longtemps possible", a-t-il ajouté en utilisant un acronyme en arabe de l'EI.

Le dernier assaut contre les djihadistes à Baghouz a été lancé le 9 février. Ce village est proche de celui de Soussa pris auparavant par les FDS. La perte dans son intégralité de Baghouz signerait la fin territoriale de l'EI en Syrie, après sa défaite en Irak en 2017. L'EI avait proclamé en 2014 un "califat" sur de vastes régions conquises à cheval entre la Syrie et l'Irak, avant que son territoire ne se réduise comme peau de chagrin ces deux dernières années avec la multiplication des assauts contre l'organisation djihadiste.